La chronique de l'actualité

En Bourse, seuls les opportunistes survivent

le 28/09/2016

Dans le monde de l’entreprise, « seuls les paranoïaques survivent » avait lancé, dans une formule célèbre, le fondateur d’Intel Andy Grove.

Dans celui de la Bourse, la qualité reine demeure l’opportunisme.

Dans une année 2016 marquée par une série de coups de tabac alternant avec des temps de rémission, ceux-ci doivent être saisis au vol.

La Réserve fédérale ayant décidé de maintenir les taux inchangés le 21 septembre, les quelques jours qui ont suivi ont vu une salve exceptionnelle de ventes de blocs d’actions venus heureusement animer le marché.

La Caisse des dépôts a ainsi vendu un bloc de titres Veolia, divisant par deux sa participation quasiment sans décote.

Eurazeo s’est de son côté allégée en titres Moncler également dans de bonnes conditions.

Quand on y ajoute l’augmentation de capital de la banque espagnole Caixa par placement privé, c’est près de 3 milliards d’euros qui ont été placés vendredi sur les bourses européennes.

Les investisseurs ne manquent certes pas de liquidités.

Reste que ceux qui souhaitent faire tourner leur portefeuille doivent se décider en quelques heures voire moins.

Car le marché peut se refermer comme une huitre.

La tempête qu’essuie Deutsche Bank et le secteur bancaire depuis lundi a ainsi stoppé les transactions.

D’ici la fin de l’année, les vendeurs devront slalomer entre l’énorme échéance des élections américaines puis celle du référendum italien.

Céder des blocs sera donc sans doute délicat, mais introduire des valeurs en bourse le sera encore plus.

C’est pourquoi une mise en bourse par Telefonica de 30% du capital de sa filiale mobile britannique O2 avant la fin de l’année, quoiqu’annoncée par la rumeur, serait un vrai pari. 

Sur le même sujet

A lire aussi