Dossier

La finance bousculée par l’essor des fintech

La finance bousculée par l’essor des fintech

Uber, Booking, Airbnb, Amazon... Autant d'entreprises qui se sont développées sur internet et ont profondément changé le secteur d’activité auxquelles elles se sont attaquées. Aujourd’hui de jeunes pousses innovantes s’attaquent au pré carré des banques et des assurances. Si pendant longtemps leurs tentatives ont été ignorées, l’essor précurseur de PayPal dans le paiement en ligne et la montée en puissance des fintechs, ces acteurs virtuels à l'assaut du crédit, des transferts d'argent, voire de la gestion d'actifs, ont rendu plus circonspect le secteur financier.

Leurs caractéristiques? Allier compétence financière et nouvelles technologies, sources de transparence et de sécurité à leurs yeux. Et elles n'hésitent pas à créer de nouvelles activités : crowdfunding, peer-lending ou robo advisers.

Ces dernières années les usages numériques des clients se sont fortement développés, la fréquentation des agences bancaires a chuté tandis que l’utilisation des applications et de la banque en ligne est en pleine croissance. Menacées d'obsolescence, les banques doivent réagir sans tarder. Et partent à leur tour à la conquête d'internet. Lancement de déclinaisons en ligne (Boursorama, Hello, ING Direct ...), incubateurs, partenariats et prises de participation sont autant d’outils mis à contribution par les acteurs traditionnels pour ne pas rater cette vague d’innovation.

Toutefois les start-ups qui allient finance et technologie, les fintechs, profitent à plein du jeu de concurrence territoriale entre Paris, San Francisco et New York. Point d'ancrage principal des fintech en Europe, Londres va sans doute se voir relégué dans les prochaines années avec la perspective de Brexit et de perte du passeport financier européen.