Les sociétés cotées pourraient reporter leur assemblée générale

le 19/03/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'ordonnance, attendue lundi, devrait leur permettre de la décaler jusqu'au 30 septembre ou de la tenir à huis clos. Phitrust demande un report de trois mois.

Roche a tenu son assemblée générale 2020 à huis clos.
Roche a tenu son assemblée générale 2020 à huis clos.
(Roche)

Quand et comment se tiendront les prochaines assemblées générales ? Dans l'attente d'une ordonnance qui autoriserait la tenue d'assemblée à huis clos, le report ne serait-il pas la solution la plus adaptée ? Vendredi dernier, Bureau Veritas a décalé son AG du 14 mai au 26 juin. Mardi soir, Sartorius Stedim a reporté à une date ultérieure son assemblée planifiée le 24 mars. En revanche, Media 6 tiendra bien son AG le 27 mars, mais à huis clos, et Vinci le 9 avril, «hors la présence physique des actionnaires».

«De nombreux émetteurs réfléchissent à décaler leur assemblée générale, confie Hubert Segain, avocat associé chez Herbert Smith Freehills. Le projet actuel d'ordonnance prévoit à la fois d'autoriser la tenue d'AG à huis clos et de repousser la date butoir des assemblées (pour les sociétés clôturant au 31 décembre) du 30 juin au 30 septembre, sans avoir à demander l'autorisation au tribunal de commerce. Il est urgent pour les sociétés de disposer de cette souplesse dans les plus brefs délais.» La loi d'exception devrait être votée dès demain et l'ordonnance pourrait être promulguée lundi prochain.

Réductions de dividendes probables

Hier, Phitrust a jeté un pavé dans la mare en demandant publiquement le report de trois mois des assemblées générales, afin de maintenir des réunions physiques et d'ajuster le versement des dividendes «à la réalité des entreprises à la suite de la crise mondiale». Alors que les bons résultats 2019 permettraient de voter des dividendes élevés, «les incertitudes et les urgences de la situation actuelle demandent aux entreprises de conserver leurs capacités financières», souligne Phitrust. D'autant que les entreprises ont besoin d'un minimum de temps pour réfléchir au niveau de dividende qu'elles pourraient verser, alors que la plupart expliquent actuellement ne pas être capables de mesurer l'impact de la crise sur leurs résultats. Beaucoup ont déjà déclaré qu'elles donneront des précisions lors de leur publication trimestrielle, en avril ou mai.

Redéfinir les priorités

Aussi, les administrateurs de la Sicav Phitrust Active Investors France demandent que les assemblées soient décalées «de quelques mois», entraînant donc un versement des dividendes plus tardif. «L’objectif est de permettre à tous, dirigeants, administrateurs et actionnaires de prendre le temps pour redéfinir les priorités opérationnelles et financières et d’ajuster les objectifs de leurs entreprises à la lumière des événements de l’exercice 2020», précise la société de gestion estimant, qu'en cas de baisse du dividende initialement prévu, «il serait compréhensible que les actionnaires, tant particuliers que professionnels, tirent les conséquences de la crise».

En Suisse, les sociétés n'hésitent pas à reporter leur AG. Déjà trois d'entre elles ont opté pour cette possibilité, selon le recensement d'Ethos. Televerbier a déjà annoncé un report sine die. Et le chimiste Clariant a annoncé hier qu'il reportait son AG, prévue le 30 mars, sans fixer de nouvelle date pour le moment. Toutefois, Roche a tenu mardi son assemblée à huis clos, avec un mandataire indépendant qui représentait 85,47% du capital.

Sur le même sujet

A lire aussi