Allianz paie 6 milliards de dollars pour solder le scandale de ses fonds américains

le 17/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Allianz Global Investors, gestionnaire d’actifs
(RK.)

C'est un litige d'une ampleur inégalée dans le monde de la gestion d'actifs. Allianz s'apprête à tourner la page du scandale de ses fonds structurés Alpha au prix fort. Le ministère américain de la Justice (DOJ) a annoncé mardi que l’assureur allemand a accepté de payer 6 milliards de dollars (5,7 milliards d’euros) pour solder les litiges liés à l’effondrement de ces fonds vendus par l'une de ses filiales de gestion d’actifs aux Etats-Unis, Allianz Global Investors (GI) US. Le pic de volatilité, en mars 2020, avait fait exploser en vol ces produits structurés.

Le paiement d'Allianz comprend une amende de 2,33 milliards de dollars, 3,24 milliards de dollars de restitution et 463 millions de dollars de confiscation, selon l'accord sur le plaidoyer. Les investisseurs, qui ont intenté 25 poursuites contre le groupe, réclament plus de 6 milliards de dollars de dommages. Le groupe allemand payera une amende civile de 675 millions de dollars pour régler une enquête de l’autorité boursière américaine (SEC), somme comprise dans le règlement global.

«De janvier 2016 à mars 2020 au moins, les défendeurs ont menti sur presque tous les aspects d'une stratégie d'investissement très complexe qu'ils ont commercialisée auprès d'investisseurs institutionnels, y compris des fonds de pension gérant l'épargne-retraite d'Américains ordinaires. Bien qu'ils aient pu solliciter plus de 11 milliards de dollars d'investissements à fin 2019 et gagner plus de 550 millions de dollars de commissions grâce à leurs mensonges, ils ont perdu plus de 5 milliards de dollars lorsque la volatilité du marché en mars 2020 a révélé le véritable risque de leurs produits», indique la SEC dans un communiqué. Dans sa décision de 54 pages, le gendarme boursier américain accuse aussi Allianz GI d'avoir continué à mentir après le début de l'enquête.

Le montant se rapproche du total des provisions que l’assureur a constituées pour couvrir l’affaire. Après avoir déjà mis de côté 3,7 milliards d’euros en 2021, il a annoncé une nouvelle provision de 1,9 milliard d’euros au premier trimestre, faisant passer la provision totale à 5,6 milliards d’euros. 

Mises en examen

Allianz pourrait bien continuer à subir les conséquences en termes d'image de cette affaire. Dans le cadre de cet accord, Allianz Global Investors US a accepté de plaider coupable. Grégoire Tournant, l'ancien directeur des investissements des fonds Structured Alpha, est mis en examen pour complot, fraude en matière de valeurs mobilières, fraude de conseiller en placement et entrave à la justice, de même que deux autres gérants.

Le plaider coupable interdira automatiquement à Allianz Global Investors US de proposer ses services de conseil et de gestion pendant dix ans à des investisseurs enregistrés aux Etats-Unis. La SEC a prévu des périodes de transition de dix semaines à quatre mois pour permettre à l'asset manager de transférer les fonds à un autre prestataire, en l'occurrence le groupe Voya Financial. Ce dernier a indiqué, dans un communiqué séparé, qu'il allait acquérir les activités et les équipes d'Allianz GI US dans le cadre d'un partenariat stratégique à long terme. Quelque 120 milliards de dollars d'actifs sont concernés.

Oliver Bäte, directeur général du groupe allemand défend l’absence de responsabilité de son conseil d’administration dans ce dossier. Il a précisé qu'il publierait les résultats d'une enquête interne après avoir trouvé un accord avec les autorités aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

A lire aussi