Les grands du BTP lorgnent Cegelec qui pourrait être vendu par LBO France

le 22/01/2008

Le fonds avait acheté le groupe en 2006 pour 1,1 milliard d'euros, il en voudrait 1,8 milliard, affirme l'agence Bloomberg

Cegelec tombera-t-il dans l’escarcelle de Vinci, Bouygues, Eiffage ou Suez ? L’agence Bloomberg affirme que le groupe spécialisé dans l’ingénierie électrique pourrait être revendu par le fonds d’investissement LBO France. Ce dernier aurait fait appel à la banque Rothschild et au cabinet Hawkpoint comme conseils de l’opération.

LBO France estime la valeur de Cegelec a environ 1,8 milliard d’euros soit douze fois son résultat d’exploitation. Le fonds avait acheté le groupe français 1,1 milliard d’euros en 2006.

Cegelec qui affiche 2,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires offre un eventail d’activités qui va des systèmes électriques pour les laboratoires GlaxoSmith Kline aux systèmes de ravitaillement des avions de l’Otan en passant par des contrats pour l’éclairage public ou les transports en commun avec les collectivités locales ou encore la participation de la construction de la plate-forme d’envol des Soyouz à Kourou.

Les grands groupes du BTP, tels Vinci ou Bouygues, comme ceux des services, tel Suez, avaient déjà marqué leur intérêt pour ce secteur encore fragmenté de l’ingénierie électrique.

Cegelec a acquis quatre nouvelles sociétés cet été en France et à l'étranger. Depuis la constitution de son deuxième LMBO en mars 2006, Cegelec a ainsi intégré une douzaine d'entreprises représentant au total un chiffre d'affaires supérieur à 125 millions d'euros, peut-on lire sur son site internet.  

Apax Partners a acquis en octobre 2007 la société Faceo, dont Thales et Cegelec étaient les co-actionnaires à parité.

Cegelec emploie 23.000 salariés et œuvre dans trente pays.

Autre groupe intéressé, le numéro trois du BTP Eiffage voyait aussi, en septembre, avec Cegelec un moyen pour stabiliser ses bénéfices et ses marges. Son porte-parole Michel Azerad a d’ailleurs déclaré : « Si Cegelec est à vendre de nouveau, nous regarderons le dossier », rapporte l’agence Bloomberg.

Fondé en 1985, LBO France est l’un des tour premiers fonds de private equity créés en France.

Depuis sa création, il a investi dans 64 sociétés pour une valeur d’entreprise totale de 8 milliards d’euros indique le fonds sur son site internet.

Implanté à Paris, LBO France a mené certaines des opérations les plus marquantes du capital-investissement en France : sur Actaris, Nexity, Materis, Terreal, Wheelabrator et Cegelec.

A lire aussi