Les robo-advisors sont appelés à plus de transparence outre-Manche

le 19/12/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Financial Services Consumer Panel recommande à la FCA de durcir les règles de fonctionnement de ces nouveaux acteurs de la gestion.

Les robo-advisors sont appelés à plus de transparence outre-Manche
Certains robo-advisors n’indiquent pas clairement les organismes auxquels le client peut avoir recours en cas de défaillance.
(Fotolia)

Les «robo-advisors» constituent encore bien souvent une boîte noire pour les investisseurs. C’est en substance la conclusion à laquelle est parvenue l’association britannique des usagers de la finance (Financial Services Consumer Panel, FSCP), qui joue aussi le rôle de conseiller auprès de la FCA, le régulateur financier outre-Manche. Selon une étude commandée à la société Boring Money, un certain nombre de ces plates-formes n’informeraient pas clairement leurs clients sur la nature des services proposés, à savoir un avis réglementé ou une orientation (guidance).

Les coûts et les frais ne seraient pas non plus communiqués de façon suffisamment transparente au client : dans certains cas, le panel a découvert que les coûts additionnels étaient mentionnés en petits caractères en bas de page ou tout simplement noyés dans des graphiques. Selon la recherche, un certain nombre des quinze robo-advisors étudiés ne stipuleraient pas clairement à quels organismes, en l’occurrence le Financial Ombudsman Service (FOS) ou le Financial Services Compensation Scheme (FSCS), le client peut avoir recours en cas de défaillances de ces entreprises.

Des épargnants en manque
de culture financière

Enfin, le FSCP a également découvert que ces plates-formes utilisaient souvent un jargon incompréhensible pour l’investisseur de base. Une situation d’autant plus déplorable que ce dernier ne possède pas toujours des connaissances très poussées : selon l’étude, l’investisseur ne ferait pas de différence entre un conseil réglementé (regulated advice) et une orientation (guidance).

Suite à ces conclusions, le Panel recommande à la Financial Conduct Authority de clarifier et de mettre fermement en application les réglementations existantes de façon à résoudre les problèmes identifiés dans le rapport, aussi bien dans le cas d’une orientation que d’un conseil réglementé. La FCA est également invitée à former un groupe de travail destiné à développer un langage plus simple, susceptible par la suite d’être utilisé de façon homogène par les robo-advisors. Enfin, le FSCP recommande au régulateur financier de s’assurer que les entreprises mentionnant des frais forfaitaires respectent les règles actuelles en matière de coûts et de frais.

Sur le même sujet

A lire aussi