Financements structurés, les banquiers du réel

le 21/06/2018 L'AGEFI Hebdo

Pierre angulaire de la banque de financement et d’investissement, le financement de projets complexes est un métier dans lequel les professionnels sont appréciés pour leur expertise sectorielle.

Financements structurés, les banquiers du réel
(ADP)

Quel est le point commun entre une série d’avions, un champ de panneaux solaires et une acquisition d’entreprise avec effet de levier ? Les banquiers d’affaires qui ont rendu possible ces projets et qui sont spécialisés dans les financements complexes, où la dette est remboursée par le cash flow généré par la société créée dans le cadre du projet. Un métier purement financier, bien sûr, mais qui requiert aussi une connaissance sectorielle très fine afin que le montage ne mette pas en péril tout l’équilibre financier. « Ce métier des financements structurés est un vrai défi, qui demande de s’adapter en permanence à l’évolution du secteur et aux besoins de son client, d’être aussi technique qu’humain, d’être spécialisé et capable d’innover », témoigne Stéphane Pasquier, 51 ans, responsable du financement des énergies renouvelables chez Natixis Lease. Ces compétences permettent de mettre en musique la rencontre d’une offre et d’une demande. « Nous sommes dans un marché porteur où les projets sont nombreux et les liquidités accessibles, analyse Jean-Paul Brette, directeur exécutif au cabinet de recrutement Hudson France. Les sociétés financières se développent en segmentant leur offre et leur marché : les banques de financement et d’investissement élargissent leurs interventions aux mid caps ; les banques mutualistes développent une offre pour leurs clients corporate et pour les fonds et se lancent en région comme Hyperia pour la Caisse d’Epargne ; et enfin, de nouveaux acteurs ont créé des équipes récemment comme La Banque Postale. » En bref, les banques ont des besoins et recrutent (lire aussi La parole à Hélène Krief ).

International

Ces opportunités bénéficient autant aux profils juniors qu’aux seniors. Emmanuel Esneu, 41 ans, a exercé en banque de financement et d’investissement (BFI) avant de rejoindre La Banque Postale pour développer une équipe de financements d’actifs et de projets. Cet ingénieur a commencé par le financement d’avions au sein de Crédit Agricole Corporate & Invesment Bank de 2002 à 2012. Puis, il a été sollicité lorsque La Banque Postale a obtenu l’agrément pour le crédit aux personnes morales. « C’était exaltant ; je devais partir d’une feuille blanche et créer une équipe de financement de projets, se souvient-il. Six ans plus tard, nous sommes 15 et avons plus de 4 milliards d’euros d’encours sur de l’aéronautique, des bateaux, des infrastructures, des énergies renouvelables et des partenariats public-privé en France et en Europe. » Le métier lui a ainsi permis de bâtir une carrière en bénéficiant d’un marché porteur. « C’est une activité enthousiasmante avec un fort intérêt intellectuel et la possibilité d’être utile en finançant l’économie réelle », note-t-il.

Mobilités et métiers

Parmi les défis qui intéressent ces profils : l’international. Les grandes BFI offrent d’ailleurs des mobilités à l’étranger, pour les professionnels les plus prometteurs. Edouard Dubern, 40 ans, executive director, acquisition & strategic finance chez Natixis, a eu la chance de pouvoir en profiter. « Au départ, j’envisageais de rejoindre une banque d’affaires en M&A, mais je suis arrivé sur le marché de l’emploi en 2002, juste après l’éclatement de la bulle internet, raconte-t-il. J’ai finalement débuté au sein de cabinets de conseil, EY puis PwC, ce qui a constitué une excellente formation, avant d’être contacté par un chasseur de têtes. » Résultat, il rejoint Natixis en 2006, en leveraged finance… peu de temps avant la crise des subprimes. « Très formateur également », souligne sobrement le banquier. Puis, en 2011, il décide de décrocher un MBA, et se voit, à son retour chez Natixis, proposer un poste à Hong Kong. « J’ai bénéficié du plan stratégique de la banque, “New Frontiers”, qui visait à internationaliser l’activité, notamment en Asie », explique-t-il. Fort de cette expérience de l’esprit entrepreneurial, il poursuit son chemin en ouvrant le département financement d’acquisition de Natixis à Singapour en 2015. Il réussit sa mission, dirige le département qui couvre l’Asie du Sud-Est jusqu’en 2017 et revient en France. Il doit alors une nouvelle fois faire ses preuves sur un marché français quitté sept ans auparavant, en se recréant un track record au sein d’une équipe parisienne d’une trentaine de professionnels. Son collègue Stéphane Pasquier, a quant à lui surfé sur la vague des énergies vertes. « Je suis tombé dans ce métier par hasard au début des années 1990 mais je me suis vraiment pris au jeu et je continue aujourd’hui », s’amuse-t-il. Il développe chez Natixis un desk de trading de loans spécialisé sur les financements structurés. Il crée aussi le métier des financements complexes dédiés aux mid caps. Avant de prendre la direction d’une filiale du groupe BPCE spécialisée dans le financement des énergies renouvelables, il devient secrétaire général de la plate-forme dette de Natixis pendant près de dix ans. Depuis 2012, il est directeur général de Natixis Energéco. « Cette spécialisation est exceptionnellement porteuse », confie-t-il.

Cette possibilité de construire une carrière au sein de banques qui amorcent leur activité, en passant par un poste à l’étranger ou en se spécialisant sur un secteur dynamique, reste d’actualité. Mais les responsables sont très exigeants sur le recrutement. « Nous cherchons des collaborateurs commerciaux, capables de monter sur scène, d’avoir une veille efficace tant sur le secteur que les techniques d’ingénierie financière, de savoir jouer en équipe, d’entretenir une relation privilégiée avec le client et de pouvoir négocier en créant un rapport de force favorable », résume Emmanuel Esneu de La Banque Postale.

A ces compétences clés s’ajoutent de nouveaux « soft skills » relationnels et de coopération. En effet, les banques se tournent vers les fonds de dettes et les investisseurs institutionnels et syndiquent de plus en plus les dettes, afin d’alléger leur bilan dans le cadre de la réglementation Bâle 3. Au plan des carrières, cela ouvre de nouvelles portes en créant des passerelles vers les investisseurs. « L’écart de salaires qui a très longtemps persisté entre les grandes banques d’affaires, les banques mutualistes, les fonds ainsi que les corporates, s’amenuise et permet d’avoir un parcours RH plus transversal », relève Denis Marcadet, président fondateur du cabinet de chasse de têtes Vendôme et Associés. Cela permet de rester spécialisé et de pouvoir s’assurer une mobilité propice à sa trajectoire professionnelle. Certains changent aussi de spécialité, en interne. A ce jour, la ligne partenariats public-privé (PPP) et celle du LBO sont particulièrement intéressantes. Et d’anciens ingénieurs qui ont commencé dans la finance, sur des prêts à des programme aéronautiques ou d’infrastructures, peuvent aisément passer à ces deux classes d’actifs pour redonner un élan à leur carrière. « Cela se fait souvent car les experts sont véritablement passionnés par ce métier très complet, note Frédéric Hatsadourian, manager au cabinet de recrutement Robert Walters. Toujours en interne, ils peuvent aussi s’orienter vers une ligne coverage en front office ou vers d’autres métiers de la banque, où l’on voit qu’ils sont souvent capables de s’adapter. »

Epanouissant intellectuellement au quotidien, le métier des financements structurés est un tremplin à moyen et long termes. « Les financements structurés en BFI sont le métier le plus riche que je connaisse dans la banque d’affaires, que ce soit en termes de montages, d’analyse des risques (entreprise, marché, produit, client) et de diversité des produits bancaires et des clients », déclare Pauline Godillot, 48 ans, consultante indépendante en financements, fondatrice en 2011 de la société NewRoc après avoir travaillé dans le financement de LBO pendant douze ans chez Deutsche Bank et Fortis. Lorsque cette dernière banque ferme, elle décide d’utiliser son savoir-faire pour se lancer à son compte. « Aujourd’hui, mon atout est de savoir rétablir ou optimiser le dialogue et la confiance entre mes entreprises clientes et leurs banquiers ou leurs prêteurs fonds de dette, afin de mettre en place la bonne stratégie pour l’entreprise. Ce rôle correspond tout à fait à mon expérience où je négociais des financements, pour trouver une solution favorable à tous, rentable pour ma banque et attractive pour mon client », souligne l’ancienne banquière reconvertie en entrepreneuse.

Sur le même sujet

A lire aussi