La Société Générale raccourcit sa ligne de commandement

le 20/04/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque se réorganise autour de 17 unités métiers et 10 unités services, en supprimant un échelon hiérarchique.

Le siège de Société Générale. Photo: Balint Porneczi/Bloomberg
Siège de la Société Générale à la Défense.
(Photo Bloomberg.)

La Société Générale veut accélérer ses prises de décision. La banque a présenté mercredi dans un communiqué publié après-Bourse son nouvel organigramme, dont les contours avaient filtré fin mars. Auparavant organisé autour de trois pôles (banque de détail en France, grande clientèle et solutions investisseurs, et banque et services financiers internationaux), le groupe a décidé de supprimer cet échelon hiérarchique, qui subsistera simplement dans sa communication financière.

A l’étage supérieur, on trouvera donc le directeur général Frédéric Oudéa et les trois DG délégués : Séverin Cabannes, Bernardo Sanchez Incera et Didier Valet, qui a accédé en janvier à ce poste. Au rang du dessous, la banque fonctionnera désormais avec 17 business units et 10 services units. Les premières regrouperont les métiers opérationnels, tels que les activités de marché ou la banque de détail ; les secondes coifferont les fonctions centrales comme les risques, la conformité ou les back-offices. Ces 27 unités seront directement rattachées à la direction générale.

«Cette nouvelle organisation permettra une prise de décision plus rapide et décentralisée. Cela avec la volonté d’être plus orienté client», décrypte un cadre du groupe. Elle s’inscrit dans la perspective du plan stratégique qui sera dévoilé le 28 novembre.

La nouvelle gouvernance doit s’appliquer en septembre 2017, et les «éventuelles évolutions d’organisation nécessaires» au niveau du groupe ou par unité «seront mises en place à compter de janvier 2018 dans le respect du dialogue social», précise la Société Générale. La banque de détail France prévoit déjà de se réorganiser autour de trois nouvelles directions : clients, opérations & transformation et immobilier.

Christophe Mianné, adjoint de Didier Valet, avait tiré dès février les conclusions du mouvement à venir en annonçant son départ. Ce mercredi, la banque a précisé que Jean-Luc Parer, co-directeur du pôle banque et services financiers internationaux, deviendra conseiller du DG fin 2017. Son homologue Didier Hauguel restera patron de la Russie. D’autres nominations sont dévoilées à cette occasion. Le DRH Edouard Malo-Henry deviendra notamment patron de la conformité et sera remplacé par Caroline Guillaumin, qui conserve la communication. Françoise Mercadal-Delasalles, directrice des ressources et de l’innovation du groupe, sera nommée DG déléguée du Crédit du Nord.

Sur le même sujet

A lire aussi