Les assureurs sont exposés à l’immobilier parisien

le 19/04/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Haut Conseil de Stabilité financière s’inquiète de la surévaluation des actifs immobiliers commerciaux, pointant l’exposition des assureurs.

Dans une note publiée vendredi, le Haut Conseil de Stabilité financière (HCSF) a chiffré ses inquiétudes sur l’immobilier d’investissement français. D’après les calculs de la Banque de France, l’immobilier commercial, qui rassemble les actifs possédés par des investisseurs non occupants, est surévalué de plus de 15% en moyenne en France, et de 30% sur les bureaux du quartier central des affaires parisien (QCA).

Le HCSF s’inquiète notamment de la forte exposition des investisseurs institutionnels, au premier rang desquels les assureurs, au QCA, «qui présente des prix particulièrement élevés et une rentabilité locative dégradée» et où «ils détiendraient quasi intégralement le parc de bureaux». «Un retournement de marché ne peut pas être exclu, à la faveur d’un changement de l’environnement financier, ou plus simplement de la fin d’un cycle d’investissement.»

Lors d’une table ronde organisée la semaine passée par MSCI, Eric Donnet, directeur général de Groupama Immobilier, avait indiqué que l’ensemble des acteurs prenaient davantage de risques, les assureurs notamment via le re-développement en direct d’actifs. L’autorité macroprudentielle appelle donc à la vigilance, «du fait de la place prépondérante de certains investisseurs (notamment les assureurs) sur ce segment, et des potentiels effets d’entraînement qu’il pourrait engendrer en cas de retournement».

A lire aussi