Auchan retrouve le chemin d’une croissance moins rentable

Le distributeur nordiste met fin à sept années de baisse des ventes grâce à l’inflation, mais sa marge d’Ebitda recule à 4,1%.
Auchan, distributeur, supermarchés, Mulliez. Auchan est une enseigne de grande distribution
Auchan est une enseigne de grande distribution  -  RK.

Retour à la croissance. Après sept années de baisse de son chiffre d’affaires, et même neuf ans en France, Auchan Retail renoue avec la croissance en 2022, grâce «au retour des clients dans nos magasins», se félicite Yves Claude, PDG d’Auchan Retail. Ses ventes ont progressé de 2,9% en comparable à 32,9 milliards d’euros, avec une accélération au second semestre (+5,9%). Mais c’est bien l’effet prix (+9,7%) qui a plus que compensé la baisse des volumes (-5,9%).

Toutefois, dans un contexte inflationniste le distributeur nordiste a voulu soutenir les consommateurs en limitant les hausses de prix. Soit un investissement de 127 millions d’euros, qui pèse directement sur la rentabilité du groupe. L’Ebitda d’Auchan Retail recule de 8,2% à 1,3 milliard, soit une marge de 4,1%, contre 4,7% un an plus tôt. Cette baisse s’explique pour moitié par l’effort sur les prix et pour moitié par le mix lié à la forte hausse des ventes de carburant. Carrefour, de son côté, a publié une marge d’Ebitda en recul de 0,5 point à 5,7%.

La France, qui pèse 51% du chiffre d’affaires du groupe, affiche une hausse de 1,7% de ses ventes en comparable, contre +1,5% pour Casino et +3,4% pour Carrefour. Les ventes progressent même de 5,2% au second semestre. «Une tendance confirmée en janvier-février», précise Yves Claude, se félicitant de la reconquête de 250.000 clients supplémentaires et d’un gain de 0,3 point de part de marché dans l’alimentaire traditionnel. Dans les hypermarchés, les ventes croissent même de 2,4%, contre +1,8% pour Carrefour et -0,1% pour Casino. Toutefois l’Ebitda France chute de 26% et s’effondre même de 74% au premier semestre, en raison du «repositionnement prix pour revenir dans le match, poursuit Yves Claude. Nous devons augmenter la rentabilité des hypers, rationaliser les mètres carrés, adapter l’offre, afin de donner des raisons à nos clients de revenir dans nos hypers».

Accélération des investissements

Les négociations tarifaires avec les industriels se sont clôturées mercredi soir. «Nous sommes autour de 9% de hausse», indique Yves Claude. Si Auchan assure vouloir jouer son «rôle d’amortisseur», il ne peut plus continuer à limiter cette hausse de l’inflation autant que l’an dernier. En attendant, le groupe ne donne pas de prévisions chiffrées pour 2023.

Après une hausse de 23% des investissements à 817 millions d’euros en 2022, Auchan Holding compte les accélérer cette année, précise Yves Claude. Notamment avec l’acquisition de Dia en Espagne, annoncée l’été dernier, ainsi qu’en investissant dans la transition énergétique et en poursuivant le développement en Afrique, zone de «conquête» pour le groupe familial.

Elo – holding regroupant Auchan Retail et New Immo Holding – affiche une hausse de 7,7% de son chiffre d’affaires à 33,5 milliards d’euros, pour 1,7 milliard d’Ebitda, en recul limité de 5,2% grâce à la hausse de 19% de New Immo Holding. Son résultat net, en chute de 88% à 42 millions d’euros, pâtit notamment de dépréciations de survaleurs d’Auchan en France (126 millions d’euros) et en Ukraine (30 millions) et de dépréciations de stocks (123 millions). Le goodwill de Russie, où le groupe reste présent, avait été entièrement déprécié en 2021. Si la dette progresse de 400 millions à 2,6 milliards, pour un ratio de levier de 2,36, le groupe se dit confiant dans sa structure financière, sans besoin de refinancement à court terme.

Un évènement L’AGEFI

Plus d'articles Distribution

Contenu de nos partenaires

Les plus lus de
A lire sur ...