La location de bureaux retrouve ses tensions d’avant-crise à Paris

le 19/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Outre Paris QCA et la Défense, les zones d’attractivité ont évolué.

 bureaux à La Défense (92)
Immeubles de bureaux à la Défense, en première couronne.
(RK.)

Le marché locatif de bureaux en Ile-de-France poursuit son très bon début d’année, avec 661.481 m2 placés sur quatre mois à fin avril, +35% par rapport à la même période 2021 selon le baromètre BNP Paribas Real Estate. «Cette confirmation du rebond des volumes des trois premiers mois rend plus probables encore nos prévisions de volumes annuels autour de 2,1 millions de m2», note Guillaume Joly, directeur de la recherche pour la France. La même répartition subsiste entre grandes surfaces (32% au-dessus de 5.000 m2) et plus petites surfaces (68%).

Le spécialiste note les tensions croissantes faute d’offres disponibles sur Paris Quartier central des affaires (QCA), «avec 3% de vacance, un loyer prime à 960 euros/m2/an, tendant vers 1.000 euros/m2/an, et pour conséquence la recherche croissante de solutions transitoires et flexibles, qui soutiennent le coworking. Ce segment pourrait représenter autour de 15% de la demande placée sur les surfaces moyennes (1.000-5.000 m2) en 2022, après 26% en 2019, une année quasi blanche en 2020 et 8% en 2021».

Outre les centres d’affaires traditionnels, Paris QCA et la Défense, l’attractivité sur des locataires «exogènes» a évolué depuis 2019 : de 54% à 58% pour la 1re couronne Nord, de 17% à 29% pour la boucle Sud, de 23% à 45% pour la 1re couronne Est, de 47% à 56% pour Paris Rive gauche. Au détriment de Paris Nord-Est (18e, 19e, 20e), et surtout de la 2e couronne, avec la péri-Défense.

Sur le même sujet

A lire aussi