Euronext et Vigeo Eiris lancent le CAC 40 de la gouvernance

le 27/03/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le CAC 40 Governance, premier indice dédié à la gouvernance, surpondère les meilleurs élèves. Sur un an, il surperforme de 1 point le CAC 40.

Euronext et Vigeo Eiris lancent le CAC 40 de la gouvernance
Des indices similaires pourraient être créés sur les autres places d’Euronext.
(Photo Euronext.)

Euronext, en partenariat avec Vigeo Eiris, lance son premier indice dédié exclusivement à la gouvernance : le CAC 40 Governance. «Cet indice répond à la forte demande des investisseurs, pour qui la gouvernance est le centre névralgique où se définit et est contrôlée la stratégie de l’entreprise, confie Fouad Benseddik, directeur de la méthodologie et des relations institutionnelles de Vigeo Eiris. Nous espérons créer des indices similaires sur les autres places d’Euronext.»

Au-delà des items classiques de gouvernance, «notre méthodologie insiste sur la capacité du conseil à intégrer et à traiter les facteurs de risque liés à la responsabilité sociale», ajoute Fouad Benseddik. Vigeo Eiris s’appuie sur 45 indicateurs rassemblés autour de quatre axes : conseil d’administration (efficacité, équilibre des pouvoirs), audit et contrôles internes (indépendance des comités spécialisés), droit des actionnaires (protection des minoritaires) et rémunération des dirigeants (lisibilité des systèmes).

Comme pour le CAC 40, cet indice sera revu chaque trimestre. En moyenne, il affiche une note ESG solide de 56/100. «Les entreprises françaises ont beaucoup progressé en matière de gouvernance en dix ans», rappelle Fouad Benseddik. Si elles sont bien positionnées sur les contrôles internes et le droit des actionnaires, le bât blesse en matière de rémunération des dirigeants. En particulier sur l’indépendance des comités de rémunération, et sur l’intégration d’objectifs de maîtrise des risques sociaux et environnementaux.

Le CAC 40 Governance surpondère les meilleurs élèves. En tête figurent Legrand, Axa et la Société Générale. Les dix sociétés les mieux notées (Atos, Axa, BNP Paribas, Danone, Engie, Legrand, la Société Générale, Total, Unibail Rodamco et Vinci) pèsent 40% de l’indice, les dix suivantes 30%, les dix d’après 20% et les dix dernières (Airbus, Bouygues, Essilor, LafargeHolcim, LVMH, Pernod Ricard, Renault, Safran, Sodexo et Veolia) 10%.

Fort de ce constat, on pourrait espérer que le CAC 40 Governance surperforme largement son indice de référence. Il n’en est rien ! Il le surperforme seulement de 1 point sur un an (14,6% contre 13,8%) et de 3 points sur cinq ans (47,8% contre 44,7%).  «Les opérateurs peuvent aussi ajuster l’usage de l’indice, avec ou sans le dernier quartile, précise Fouad Benseddik. Sur la base du CAC 40 Governance, les gérants peuvent aussi construire leur propre indice, par exemple en attribuant un poids plus élevé aux entreprises les mieux notées.»

Sur le même sujet

A lire aussi