La Société Générale défend son droit au «crédit d’impôt Kerviel»

le 05/07/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Plusieurs décisions du Conseil d'Etat plaident pour la déduction fiscale des pertes liées aux positions de l'ex-trader. Un enjeu à 2,2 milliards d'euros.

C’est depuis des années l’un des angles d’attaque des défenseurs de Jérôme Kerviel : la Société Générale aurait indûment bénéficié en 2008 d’un crédit d’impôt de 2,2 milliards d’euros lié à la perte de 4,9 milliards réalisée sur les positions de son ancien trader. Une hypothèse relancée par le...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi