« La pression est plus forte sur les associés et avocats plus seniors »

Témoignage Frédérick Lacroix, associé banque/finance chez Clifford Chance Paris
Chloe Enkaoua

lacroix-frederick-background.jpg
Frédérick Lacroix, associé banque/finance chez Clifford Chance Paris

« Comme lors de la crise économique de 2008, la crise sanitaire aura surtout démontré que nos clients ont besoin de se sentir épaulés et de voir que l’on se préoccupe d’eux. Pour cela, il faut être à la fois présents, réactifs et force de proposition. Un relationnel déjà existant est bien sûr plus propice à cela ; il suffit de décrocher son téléphone régulièrement, de s’enquérir de la situation de ses contacts et d’être à l’écoute de leurs besoins. Il faut essayer de se mettre à leur place afin de leur apporter la réponse la plus pertinente et adaptée possible. Par conséquent, dans ces périodes-là, la pression est un peu plus forte sur les associés et les avocats plus seniors, qui ont cette relation de proximité naturelle avec le client. Il manque bien sûr le contact physique, mais l’urgence de la situation et des demandes a vite pris le pas sur cet aspect. Par ailleurs, la visioconférence a partiellement comblé ce besoin de se voir. L’avantage, c’est que l’on découvre les gens dans un mode un peu moins formel et dans une ambiance plus décontractée, ce qui permet de faire passer un message un peu plus souple. Je pense que ce mode de communication va perdurer, d’autant plus lorsque l’on doit réunir des personnes éparpillées sur le territoire ou à l’étranger. En revanche, dans les formats plus importants de webinaires, il manque clairement l’aspect networking. On perd en quelque sorte le contact informel qui se nouait en aparté entre deux conférences. Il faudra donc envisager une approche plus holistique, et peut-être créer des formats à la fois physiques et virtuels. »

Un évènement L’AGEFI

Plus d'articles Avocat

Contenu de nos partenaires

Les plus lus de
A lire sur ...