La guerre en Ukraine provoque un krach en Europe

le 24/02/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

parade militaire de l’armée d’Urkraine à Kiev  Independence Day 4-8-21
(Crédit European Union)

L’attaque de l’Ukraine par la Russie jeudi matin provoque un vent de panique sur les marchés financiers. Les places asiatiques sont en forte baisse. Les actions européennes devraient chuter à l’ouverture tandis que les actifs refuges comme les Treasuries américains, le dollar ou l’or sont recherchés. Les prix du pétrole s’envolent. Le rouble s’effondre.

L'indice CAC 40 perdait 4% dans les premiers échanges à Paris, tandis qu'à Francfort, le DAX perd 4,2%. La plupart des indices sont désormais en zone de correction (plus de -10% depuis le plus haut historique).

En Asie, ce matin, les places boursières reculent entre 2% et 3%. Les actions cotées en Chine continentale (Shanghai et Shenzhen) perdent entre 2% et 2,6%. A Hong-Kong, l’indice Hang Seng abandonne 3,2%. La Bourse de Séoul cède 2,6%. Tokyo recule de 1,8%.

Mercredi, Wall Street avait déjà terminé en net repli de 1,8% pour l’indice S&P 500 et 2,6% pour le Nasdaq (qui est proche du bear market - plus de -20% depuis le plus haut). La Bourse devrait continuer de corriger les futures indiquant des baisses de plus de 2%.

Sur les marchés de taux, le rendement de l’emprunt d’Etat américain à 10 ans se détend de 10 points de base à 1,87% dans les échanges en Asie. L’or avance de 1,7% à 1.943,50 dollars. L’indice dollar (DXY) gagne 0,4% à 96,58.

Les matières premières sont en forte hausse et notamment les prix de l’énergie qui sont très sensibles à la situation en Ukraine, le pétrole dépassant les 100 dollars. Les prix du gaz s'envolent de plus de 30% à l'ouverture pour le contrat 1 mois à Rotterdam.

Le rouble russe continue d’être attaqué et perd 3,6% à un plus bas de 84,07 face au dollar.

«Si l’intervention dans la région du Donbass ne faisait plus de doute, l’ampleur des opérations russes menées ce matin sur l’ensemble du territoire ukrainienne dessine le scénario du pire avec une intervention sur l’ensemble du territoire», soulignent dans une note les stratégistes de Natixis.

L'armée russe a attaqué l'Ukraine jeudi vers 5h, heure locale, depuis la Russie et la Biélorussie avec un soutien biélorusse et un assaut est aussi en cours en provenance de la Crimée, annexée par la Russie, ont annoncé les gardes frontières ukrainiens.

Ces attaques seraient menées à l'aide de pièces d'artillerie et d'armes légères dans les régions de Louhansk, de Soumy, de Kharkiv, de Tchernihiv et de Jytomyr.

Le président russe Vladimir Poutine a autorisé aux premières heures de la journée une opération militaire spéciale dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, et a demandé aux forces ukrainiennes de déposer les armes et de se retirer.

Un journaliste de Reuters se trouvant à Kiev, la capitale ukrainienne, a entendu des explosions et ce qui ressemblait à des tirs d'artillerie résonner au loin.

Vladimir Poutine a indiqué que la Russie réagirait immédiatement si des forces étrangères tentaient d'interférer avec ses actions et que Moscou essaierait de démilitariser et de « dénazifier » l'Ukraine.

«La responsabilité de toute effusion de sang incombera au régime ukrainien», a répété Vladimir Poutine lors de son allocution.

Nouvelles sanctions à venir

Les commentaires du président russe interviennent alors que les Etats-Unis ont déclaré que près de 150.000 soldats russes se trouvaient aux frontières de l'Ukraine et alors que Moscou a reconnu l'indépendance des régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

Les Etats-Unis et leurs alliés répondront de manière unie et décisive à « une attaque injustifiée des forces armées russes qui ne répond à aucune provocation » contre l'Ukraine, a déclaré le président américain Joe Biden, après les explosions entendues à Kiev.

«La Russie seule est responsable des morts et de la destruction que cette attaque entraînera. Le monde tiendra la Russie pour responsable», a indiqué Joe Biden dans un communiqué, ajoutant qu'il annoncerait jeudi de nouvelles sanctions qui seront imposées à la Russie par les Etats-Unis et leurs alliés.

Le président américain a précisé qu’il suivrait la situation depuis Washington avant de participer à une réunion virtuelle du G7 et que Washington se coordonnerait avec les alliés de l'Otan pour « assurer une réponse forte et unie pour prévenir toute agression contre l'alliance».

La Maison-Blanche a indiqué que le président américain s'exprimerait en début d'après-midi.

« La France condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine. La Russie doit mettre immédiatement fin à ses opérations militaires », a déclaré ce matin sur Twitter Emmanuel Macron. 

Sur le même sujet

A lire aussi