Le marché européen se prépare à un déluge d’émissions souveraines

le 09/06/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Espagne, Irlande et Grèce pourraient s’ajouter au Royaume-Uni qui a prévu d’émettre ce mardi sur le primaire par syndication.

besoins de financement dans le zone euro
Les besoins de financement se sont envolés avec les plans massifs de soutien pour faire face à la crise du coronavirus.
(Copyright ECB (CC BY-NC-ND 2.0))

Le marché primaire euro risque l’encombrement. Ce mardi, l’Espagne, l’Irlande et la Grèce pourraient émettre sur ce compartiment via une syndication bancaire. L’Irlande a annulé l’adjudication prévue le 11 juin pour émettre un nouvel emprunt à 10 ans via la procédure de syndication. Le Trésor espagnol, qui a tenu en fin de semaine dernière une conférence à distance avec les investisseurs, veut également émettre un nouvel emprunt à 20 ans via une syndication. La Grèce devrait en placer un à 10 ans. Ces trois opérations sont annoncées pour les prochains jours en fonction des conditions de marché. Il est probable qu’elles soient lancées dès ce mardi. De l’autre côté de la Manche, l’agence publique d’émission de dette (UK DMO) doit également placer un emprunt à 30 ans, ce mardi.

Ces opérations vont s’ajouter aux nombreuses émissions souveraines réalisées sur le marché primaire (hors adjudication) depuis le début de la crise. La semaine passée, l’Italie a enregistré un montant record de demandes de 100 milliards d’euros pour son emprunt à 10 ans, à la veille de l’annonce par la Banque centrale européenne (BCE) d’une augmentation de 600 milliards d’euros de son programme de rachats d’urgence. Il s’agissait de sa quatrième émission en syndication depuis les premiers jours de la crise.

La procédure de syndication, qui connaît un grand succès depuis le début de la pandémie du coronavirus, permet d’émettre des montants importants de dette en une seule opération. Un point majeur actuellement pour les gouvernements dont les besoins de financement se sont envolés avec les plans massifs de soutien pour faire face à la crise. Ainsi, l’Espagne a-t-elle prévu d'emprunter 130 milliards d'euros cette année pour faire face aux coûts liés à la pandémie de nouveau coronavirus, soit 97,5 milliards d'euros de plus que le plan initial. L’Allemagne est également venue sur ce marché après cinq ans d'absence, de même que la France ou la Belgique.

Ces opérations se font généralement avec une prime par rapport au marché secondaire. Elle était de 9 points de base pour la dernière émission à 10 ans de l’Italie. L’Espagne avait dû concéder 17 pb en avril, lors de sa quatrième émission en syndication cette année, sur une obligation à 10 ans. Hier, sur les marchés de taux, le rendement de l’emprunt à 15 ans espagnol se tendait de 2 pb à 0,9%, celui à 10 ans grec de 5 pb, à 1,37%. Le rendement du Bund à 10 ans se détendait de 4 pb et celui de l’emprunt à 10 ans irlandais de 3 pb, à 0,11%.

Sur le même sujet

A lire aussi