La parole à Sylvain Lamblot, directeur du développement et des partenariats de Télécom Paris

« Rester en adéquation avec les besoins des entreprises »

le 28/11/2019 L'AGEFI Hebdo

 Sylvain Lamblot, directeur du développement et des partenariats de Télécom Paris

Quelles sont les vertus des chaires pour une école comme la vôtre ?

Elles nous permettent d’abord de rester en adéquation avec les besoins des entreprises. Nous devons en effet nous assurer en permanence que nos ingénieurs, mastères et doctorants restent en phase avec le marché de recrutement. Les chaires constituent également un outil précieux pour faire évoluer notre pédagogie en proposant à nos étudiants des études de cas sur des problématiques rencontrées par les banques et les assurances.

Quels sont les bénéfices pour vos étudiants ?

Lorsqu’ils arrivent chez nous après deux ans de « prépas », la plupart n’ont aucune idée de ce qu’ils feront à la sortie de l’école. Les chaires leur permettent de découvrir concrètement les métiers du big data, de l’intelligence artificielle ou de la cyber-sécurité dans des environnements très différents, les missions d’un data scientist dans une banque, chez Airbus ou chez Google n’ayant pas grand-chose à voir.

Ces chaires ont-elles un impact sur les choix de carrière de vos étudiants ?

Pour beaucoup, elles se traduisent par des choix de stage ou de premier emploi dans des entreprises qu’ils ne connaissaient pas en entrant à l’école. A la fin d’une intervention d’un expert de BPCE ou de La Banque Postale, il y a toujours deux ou trois étudiants qui vont le voir pour lui expliquer que les problématiques traitées par sa banque les intéressent, et qu’ils aimeraient postuler pour un stage ou un premier emploi.

A lire aussi