Vivendi poursuit son offensive dans les médias

le 22/01/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Siège du groupe Vivendi à Paris 08
(Photo Vivendi.)

Après Prisma, Prisa. Vivendi a annoncé vendredi matin avoir pris une participation de 7,6% dans le groupe de médias espagnol Prisa. Aucun montant lié à cet investissement n'a été communiqué.

Prisa possède notamment le quotidien espagnol El Pais et le quotidien sportif AS. Il est également actionnaire minoritaire du Monde Libre, la société de tête du journal Le Monde

Cette acquisition intervient quelques semaines après celle du groupe de médias français Prisma, éditeur notamment de Capital.

« La prise de participation dans Prisa s'inscrit dans la stratégie de Vivendi de se renforcer en tant que groupe mondial de contenus, de médias et de communication, et d'élargir son accès aux marchés de langue espagnole en Europe, en Amérique latine et aux Etats-Unis », a expliqué l'entreprise française dans un communiqué.

Vivendi retrouve Amber, amicalement

Avec cette entrée au capital de Prisa, Vivendi va retrouver Amber Capital, le fonds qu’il a un temps affronté chez Lagardère, avant de faire alliance.

Amber est le premier actionnaire de Prisa avec un peu moins du tiers du capital. Joseph Oughourlian, le fondateur et dirigeant d’Amber, a pris fin 2020 la vice-présidence du conseil d’administration du groupe de presse espagnol.

L'arrivée de Vivendi au capital est bien reçue. « Prisa se félicite de l'investissement d'un actionnaire industriel tel que Vivendi, qui reconnaît la valeur et le potentiel des actifs et des marques de la Prisa », a déclaré Joseph Oughourlian dans un communiqué. Selon Prisa, « la stratégie de Vivendi a des synergies très claires avec Prisa, pour renforcer son contenu numérique, tant dans l'éducation que dans le divertissement en espagnol », ajoute le groupe espagnol.

On retrouve également deux anciens dirigeants de Lagardère au conseil de Prisa : Béatrice de Clermont Tonnerre, qui a été en charge du développement du groupe de médias, et Dominique D’Hinnin, qui a longtemps été directeur financier de Lagardère.

Sur le même sujet

A lire aussi