L’OFCE prévoit 100.000 chômeurs de plus sur tout le quinquennat Hollande

le 05/09/2016

Dressant le bilan des mesures successives prises par les gouvernements français depuis 2012, le centre de prévisions de Sciences Po souligne que le pouvoir a sous-estimé l'ampleur du choc fiscal des premières années. La politique de l'offre a contribué à restaurer la marge des entreprises.

Télécharger le document

Le quinquennat de François Hollande a été marqué par des difficultés économiques profondes mais également par un début d'embellie cette dernière année de mandat, indique l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) dans une note publiée lundi 5 septembre 2016 et intitulée "Le quinquennat de François Hollande: enlisement ou rétablissement".

Dressant le bilan des mesures successives prises par les gouvernements français depuis 2012 et leurs effets sur l'activité, le centre de prévisions de Sciences Po souligne que "la France aura donc connu une croissance faible de 2012 à 2014, du fait notamment de la politique de consolidation budgétaire, puis une croissance modérée au-delà. L'ampleur du choc fiscal en début de quinquennat, dont l'impact négatif sur la croissance avait été sous-estimé par le gouvernement, n'était pas compatible avec une baisse du chômage au cours de la première moitié du mandat", écrivent les auteurs de la note. 

"Selon nos prévisions, ajoute l'OFCE en référence aux conditions fixées par le président Hollande pour se représenter à un nouveau mandat, sur l'ensemble du quinquennat, le chômage au sens du BIT augmenterait d'environ 100 000 personnes malgré 720 000 créations d'emplois, du fait de l'insuffisance de la croissance, conjuguée à la hausse de la population active".

Pour le centre de recherche, "l'effort d'assainissement des finances publiques aura conduit à un ajustement budgétaire conséquent, en repoussant cependant l'objectif de 3 % de déficit public à la fin du quinquennat". Selon les calculs de la Commission européenne, le solde structurel français (c'est-à-dire le solde corrigé des effets de la conjoncture) se serait amélioré de 2,5 points sur la période 2012-2016. Malgré tout, cet effort n'a pas empêché la dette publique d'atteindre un point haut historique, et de diverger sensiblement par rapport à celle de l'Allemagne. 

Les économistes du laboratoire de Sciences Po ont calculé que "la consolidation budgétaire en France et en Europe a eu un impact négatif marqué, de 0,8 point par an en moyenne entre 2012 et 2017". Dénonçant un phénomène déjà maintes fois dénoncés,  la note rappelle que "la simultanéité des politiques d'austérité en Europe a amplifié leur impact récessif en déprimant la demande intérieure, mais aussi la demande extérieure".

Entrant dans le détail, les auteurs rappellent aussi que "la politique économique des gouvernements Ayrault et Valls aura été marquée dans un premier temps par une période de hausse importante des prélèvements obligatoires, tant sur les entreprises que sur les ménages, puis par l'inflexion vers une politique de l'offre en 2014. Cette politique, incarnée par le Pacte de Responsabilité et le CICE, porte ses fruits en fin de mandat avec le rétablissement des marges des entreprises mais aura diminué le pouvoir d'achat des ménages et la croissance à court terme". 
 

Une éclaircie dans ce sombre tableau, "après une période de dégradation marquée, les marges des entreprises ont augmenté sur les quatre premières années du quinquennat de l'équivalent de 1 point de valeur ajoutée grâce aux mesures fiscales, et de 1 point supplémentaire du fait de la baisse du prix du pétrole. Le taux de marge dans l'industrie a même atteint un niveau comparable aux records historiques du début des années 2000".
Source :
OFCE
Date :
5 septembre 2016
Langue :
Français
Pages :
10

Sur le même sujet

A lire aussi