Swiss Life tire le rideau sur son agrégateur LaFinBox

le 22/10/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La fintech a annoncé sur son site qu’elle s’arrêterait le 31 octobre. Ses concurrents s’organisent pour récupérer ses clients.

 Swiss Life France fait état, malgré la crise, d’un chiffre d’affaires en hausse de 7% par rapport au premier semestre 2019.
(Bloomberg)

Même soutenus par de grands investisseurs, tous les projets dans la technologie ne sont pas forcément gagnants. LaFinBox, l’agrégateur de comptes de Swiss life, informe depuis plusieurs jours ses 70.000 clients qu’il cessera son activité le 31 octobre prochain, a relevé mercredi le média Mind Fintech. «Nous effacerons toutes les données financières vous concernant de nos serveurs et nous ne serons plus en mesure de vous fournir votre service d’agrégation LaFinBox», avertit la fintech sur son site internet.

Le service était développé par CroosQuantum, une société créée en 2015 par Swiss Life et Budget Insight (entré dans le giron d’Arkéa en 2019), et devenue la seule propriété de Swiss Life en 2017. Aujourd’hui, le groupe financier a décidé d’arrêter les frais, après avoir injecté 12 millions d’euros dans la structure dont 10 millions en 2018.

Les ambitions de Swiss Life pour sa fintech étaient pourtant grandes. CroosQuantum devait regrouper une multitude de services de la banque, y compris dans le domaine du conseil en investissement. Finalement, la société n’aura pas réussi à développer d’autres métiers susceptibles de rentabiliser le service gratuit d’agrégation de comptes. Ces services se révèlent d’ailleurs relativement peu utilisés en France, notamment parce que les Français restent encore majoritairement mono-bancarisés. Contacté par L’Agefi, Swiss Life n’a pas souhaité commenter.

Retour à l’envoyeur

Toutes les structures d’agrégation ne sont cependant pas vouées à l’échec, loin de là. Pour preuve, Tink, la société suédoise d’Open Banking qui opère notamment un agrégateur pour BNP Paribas, a été acquise par Visa pour 1,8 milliard d’euros en juin dernier, alors que sa valorisation atteignait à peine 500 millions d’euros un an auparavant. Mais Tink, comme d’autres sociétés de ce type, est passé d’un modèle orienté client (BtoC) vers un modèle de service aux entreprises financières (BtoB).

Les concurrents de CroosQuantum ne veulent cependant pas laisser passer la manne que constituent les clients de l’agrégateur. Une recherche sur le site Google du nom «LaFinBox» renvoie ainsi directement vers le site d’un concurrent qui affiche clairement être «la bonne alternative à LaFinBox». Un concurrent qui utilise la solution d’agrégateur de comptes de… Budget Insight.  

Sur le même sujet

A lire aussi