Le rachat d’HSBC France par Cerberus pourrait être acté « dans les prochaines semaines »

le 17/03/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le rachat d’HSBC France par Cerberus pourrait être acté « dans les prochaines semaines »
(Bloomberg)

Le fonds Cerberus est désormais le seul en lice pour racheter la banque de détail d'HSBC France. Une réunion de la direction avec les représentants du personnel de la banque ce matin, a confirmé l’information dévoilée par le journal les Echos un peu plus tôt dans la journée. Formellement, les autres repreneurs potentiels, qui étaient Anacap et un fonds de capital investissement français dont le nom n’a pas été dévoilé, n’ont pas abandonné. Mais les négociations avec Cerberus sont devenues « quasiment exclusives », explique un représentant syndical ayant assisté à la réunion. La probabilité pour que cette opération puisse se faire apparaît « très élevée », continue-t-il.

« Tous les moyens sont mis pour que l’opération se fasse », explique-t-on en interne. D'autant que Cerberus a revu son offre en acceptant d'inclure dans l'opération la reprise totale du système informatique, plutôt que d'opter pour un système de «location», comme cela était prévu lors des première phases de négociation. 

4.000 salariés

Maintenant, le dossier pourrait avancer très vite. « Si elles aboutissent, nous aurons le résultat des négociations rapidement, dans les prochaines semaines », avance un représentant syndical.

Le fonds Cerberus, s’il conserve son statut de fonds d’investissement, reste toutefois la solution la moins redoutée par les salariés du groupe. « Si nous devons être repris par un fonds d’investissement, Cerberus apparaît mieux placé que les autres car il dispose d’une assise financière plus importante », explique un syndicaliste. Contrairement à Anacap, le fonds se propose aussi de reprendre le nom de CCF, l'ancêtre de HSBC France, même s’il n’est pas dit qu’il l’utilisera.

Le périmètre reste le même que celui défini précédemment, à savoir environ 4.000 personnes.

Sur le même sujet

A lire aussi