Arkéa prépare un changement de statut surprise

le 17/02/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Jean-Pierre Denis, président d’Arkéa.
Jean-Pierre Denis, président d’Arkéa
(Photo Arkéa.)

Voilà qui éclaire d’un jour nouveau le départ surprise de Ronan Le Moal, directeur général du Crédit Mutuel Arkéa, annoncé le 12 février. La banque coopérative, aujourd’hui société à conseil d’administration, prépare un changement de statut avec un passage en société à directoire et conseil de surveillance.

Le projet, dont rien n’avait filtré jusqu’à présent, a été présenté en fin de semaine dernière aux conseils d’administration des fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne (CMB) et du Sud-Ouest (CMSO), qui composent Arkéa. Les administrateurs l’auraient approuvé, a appris L’Agefi. Le futur directoire serait présidé par Jean-Pierre Denis, actuel président du groupe, et compterait deux autres membres : Hélène Bernicot, nommée la semaine dernière à la place de Ronan Le Moal, et Anne Le Goff, directrice générale déléguée.

« Le départ de Ronan Le Moal est totalement déconnecté du projet d'évolution de la gouvernance du groupe Arkéa, réagissait-on lundi au siège à Brest. L'évolution de la gouvernance fait l'objet d'une réflexion depuis plusieurs mois. Cette évolution correspond à la séparation des fonctions voulue par les superviseurs entre les fonctions de surveillance de l'organe de direction et les fonctions exécutives de l'organe de direction.»

« Toute demande de changement de statut doit être soumis à agrément, mais nous n’avons pas été saisis du dossier à ce stade », précise-t-on du côté de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, l'organe central du groupe Crédit Mutuel, avec lequel Arkéa est à couteaux tirés depuis plusieurs années.

Le statut à directoire et conseil de surveillance n’est pas exceptionnel dans les groupes mutualistes : c’est le cas par exemple chez BPCE, et dans les filiales métiers d’Arkéa. En revanche, toutes les fédérations de Crédit Mutuel fonctionnent aujourd’hui avec des conseils d’administration. « La concomitance du départ de Ronan Le Moal et du projet de changement de statut crée une vraie perturbation », confie une source interne au groupe brestois. Dans un tel schéma, Ronan Le Moal, vrai numéro deux du groupe et incarnation du virage fintech d'Arkéa, aurait vu son pouvoir dilué.

Sur le même sujet

A lire aussi