Casino met habilement en valeur ses actifs internationaux

le 04/02/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une réorganisation de son organigramme a permis au distributeur de gonfler de plus de 2,2 milliards d'euros ses réserves distribuables.

Casino met habilement en valeur ses actifs internationaux
(RK)

La création de valeur est parfois aussi simple qu’une réorganisation d’organigramme. Casino a augmenté de plus de 2,2 milliards d’euros le montant de ses réserves distribuables par le seul jeu d'une simplification du contrôle de ses actifs internationaux.

En échange d'actions, Casino Guichard-Perrachon (CGP), société-mère du groupe Casino, a transféré fin 2018 à Tevir, sa filiale à 100%, la part de 25% qu’elle détenait au capital de Géant Holding BV, une société néerlandaise détenant les actifs internationaux du distributeur. Cette dernière possédait déjà 75% du capital de Géant Holding. Elle devient ainsi l’unique actionnaire des actifs internationaux de Casino, principalement Almacenes Exito, la filiale colombienne du groupe détenue à 42%. Exito est également l’actionnaire principale du brésilien GPA.

« Cette opération intra-groupe n’a aucun effet sur les comptes consolidés et elle n’a également aucun impact cash » explique une source proche de Casino. Elle n’a pas non plus d’incidence sur les covenants bancaires du groupe, ceux-ci reposant sur les données consolidées, assure-t-elle.

Ce transfert s'est toutefois révélé comptablement très efficace. Réalisée par le commissaire aux apports Jean-Luc Desplats, qui a longtemps été commissaire aux comptes titulaire de Casino, à l’époque où il travaillait pour EY, la valorisation s'est faite selon la méthode d’actualisation des cash-flows (discounted cash flows, DCF). Pour Exito, principal actif de Géant Holding, le DCF donne une valeur réelle de 3,2 milliards d’euros, deux fois supérieure à sa valeur de marché, Exito étant coté en Bourse. Dans son rapport, le commissaire aux apports reconnaît que « la valeur à 100% de Géant Holding passerait de 6,52 milliards d’euros selon l’approche par DCF à 4,83 milliards selon l’approche par le cours de Bourse », mais il souligne que cette différence peut s’expliquer par la faiblesse de la liquidité du titre Exito par « une décote implicite de prime de contrôle ». Il note aussi que le résultat d'un DCF est « extrêmement sensible à la variabilité du taux d'actualisation retenu ».

Pour Casino, le calcul est en tout cas extrêmement positif. La valeur de l’apport (2,49 milliards d’euros) est nettement supérieure à la valeur nominale des actions Tevir émises (230.000 euros). CGP gagne ainsi une prime d’apport de 2,26 milliards d’euros qui vient gonfler ses réserves.

La réorganisation vise-t-elle à redistribuer cette prime ? Un proche du groupe rappelle qu’avec déjà 7 milliards d’euros de réserves distribuables, Casino a largement de quoi couvrir le paiement de son dividende.

Sur le même sujet

A lire aussi