Le gouvernement installe la nouvelle gouvernance du Label ISR

Michèle Pappalardo remplace Nicole Notat à la présidence du comité. Sa composition est élargie pour répondre aux critiques de ces derniers mois.
Réjane Reibaud

Après plusieurs mois de chantier, la réforme de la gouvernance du Label ISR est enfin installée. Comme l’avait évoqué Pierre Chabrol, le porte-parole du Label pour le Trésor, fin septembre lors du Forum ESG et impact de L’Agefi, Nicole Notat ne sera plus présidente du comité du Label nouvelle mouture. Elle a été remplacée ce 11 octobre par Michèle Pappalardo, énarque et ancienne directrice de cabinet du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot entre 2017 et 2018. Le comité, qui tenait ce jour même sa première réunion, reste constitué de 12 membres mais est entièrement renouvelé. Composé de membres «intuitu personae» et «ès-qualités», il aura pour mission de faire des propositions de réforme du Label ISR au gouvernement après les vives critiques formulées en début d’année par l’Inspection générale des finances.

Réunies pour la première fois ce lundi matin à Bercy, cinq personnalités ont été désignées en raison de leurs compétences professionnelles soit dans la gestion d’actifs (on trouve par exemple une représentante de Groupama AM avec Marie-Pierre Peillon qui est aussi présidente de la commission finance durable de l’Association française de la gestion), soit dans la distribution de produits ou encore de leur compétence d’investisseur institutionnel (notamment Brigitte Pisa de l’Agirc-Arrco et Laetita Tankwe de l’Ircantec) ou en épargne salariale.

Sept autres personnalités rejoignent le comité pour leur expérience académique, associative ou professionnelle en matière d’investissement à impact, de réglementation européenne, d’analyse et de comptabilité financières et extra-financières, ou encore d'économie de l’environnement.

Des réunions plus régulières

Ayant entendu les critiques de l’IGF contre des réunions jugées trop rares, le comité aurait d’ores et déjà prévu de se réunir au moins une fois tous les deux mois. Il sera aidé de trois sous-comités : un de maintenance (chargé de référencer tous les questionnements autour du Label), un de promotion (avec notamment pour objectif d’influencer les instances européennes qui travaillent sur un label commun) et un sous-comité de prospective (chargé de la réflexion sur le cahier des charges).

Les ministres Bruno Le Maire et Olivia Grégoire ont également annoncé la constitution d’une équipe dédiée, placée au sein de Finance for Tomorrow, «pour assurer le secrétariat du comité du label». Selon nos informations, la branche finance durable de Paris Europlace devra recruter à court terme deux personnes pour cette équipe.

Un guide de l’audit

Enfin, un guide de l’audit sera aussi mis en place afin d’accompagner les gérants d’actifs et les organismes certificateurs (Afnor Certification, EY France et, depuis 2020, Deloitte), dans leur mise en oeuvre du référentiel du label.

Selon toute vraisemblance, le gouvernement souhaite que le comité du Label intègre dans sa réflexion d’autres labels privés existants tels que Greenfin (pour la transition énergétique) et Finansol (pour la finance durable). Pierre Chabrol souhaiterait un label «inclusif, engageant et responsable (...), vecteur de dialogue» entre les différentes parties prenantes, ainsi qu’«évolutif et adaptable».

Un évènement L’AGEFI

Plus d'articles ESG

Contenu de nos partenaires

Les plus lus de
A lire sur ...