Les proxys acceptent les PDG mais exigent de réels contre-pouvoirs

le 26/01/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les sociétés qui affichent depuis plusieurs années des oppositions de plus de 20% au «say on pay» pourraient être sanctionnées, ont expliqué les proxys à L’Hebdo des AG.

Pour la dixième édition de son rendez-vous sur les assemblées générales du SBF 120 avec les proxys, L’Hebdo des AG s’est penché sur les thèmes phares de 2018 : les rémunérations, avec le premier say on pay contraignant, et les 44 mandats de dirigeants remis en jeu....

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi