Solvabilité 2 pousse les assureurs vers une mutation culturelle

le 01/04/2016

Comment calibrer l’appétence, les tolérances et les limites de risque et quels en sont les enjeux pour l’allocation de capital, l’ERM et la performance des entreprises
Télécharger le document

En vigueur depuis janvier 2016, Solvabilité 2 impose aux entreprises d'assurance une nouvelle approche du risque, à la fois holistique et formalisée selon les principes du pilier 2 et de l'ORSA (Own Risk and Solvency Assessment). Les compagnies doivent en effet définir leur appétence au risque au plus haut niveau (direction générale et conseil d'administration) et confronter à cette dernière toute décision stratégique.

Autant d'éléments qui impliquent une profonde «mutation culturelle» du pilotage des entreprises et qui «démocratise l'approche de l'allocation des capitaux disponibles jusqu'alors réservée à quelques leaders européens», explique Philippe Foulquier, professeur à l'Edhec et responsable d'une étude sur le sujet conduite auprès d'une vingtaine d'acteurs européens. Avec à la clé une remise à plat potentielle de l'ensemble de la chaîne de valeur, de la conception des produits à la gestion des placements. L’étude, qui montre notamment pourquoi Solvabilité 2 constitue un véritable catalyseur de mise en œuvre de processus d’Entreprise Risk Management (ERM), s’intitule « Comment calibrer l’appétence, les tolérances et les limites de risque et quels en sont les enjeux pour l’allocation de capital, l’erm et la performance des entreprises ? »

Comment calibrer l’appétence, les tolérances et les limites de risque et quels en sont les enjeux pour l’allocation de capital, l’ERM et la performance des entreprises
Source :
EDHEC
Date :
janvier 2016
Langue :
Français
Pages :
44

A lire aussi