Mario Draghi envoie les taux français en terrain négatif

le 18/06/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Les taux en zone euro restent bas.
(Crédit Fotolia.)

Le rendement des emprunts d'Etat français à dix ans est passé mardi en territoire négatif pour la première fois de son histoire dans la foulée du discours particulièrement accommodant tenu par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, lors de la conférence de Sintra au Portugal. Ce taux de référence est tombé jusqu'à -0,0043%, avant de repasser en territoire positif. Il était remonté à +0,019% vers 17h30.

Les rendements de la dette souveraine de la zone euro ont tous baissé nettement après le discours de Mario Draghi. Les rendements italiens à 10 ans ont par exemple perdu 24 points de base, à un plus bas de séance de 2,0519%. L'euro a touché un plus bas à 1,1185 face au dollar. Les marchés actions ont également bien réagi au discours du président de la BCE, pourtant peu encourageant pour les perspectives économiques que la zone euro. L'indice européen Euro Stoxx 50 a gagné 2,15%.

Le président de la BCE a déclaré que la banque centrale était prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne convergeait pas vers son objectif. « De nouvelles réductions des taux directeurs et des mesures d'atténuation visant à en limiter les effets secondaires font toujours partie de nos outils », a notamment annoncé Mario Draghi.

Les effets du discours accommodant de Mario Draghi ont même fait réagir Donald Trump. Dans l'un de ses tweets matinaux, le président américain a estimé qu'une baisse des taux de la BCE donnerait un « avantage injuste » à l'Union européenne face aux Etats-Unis. « Mario Draghi vient d'annoncer que de nouvelles mesures pourraient venir stimuler l'économie (européenne), ce qui a immédiatement fait chuter l'euro par rapport au dollar, leur donnant un avantage injuste pour concurrencer les Etats-Unis », a dénoncé Donald Trump. Les Européens « le font impunément depuis des années, avec la Chine et d'autres », a-t-il ajouté.

Mario Draghi lui a répondu quelques minutes plus tard en rappelant que la BCE n'avait pas d'objectif de taux de change.

Sur le même sujet

A lire aussi