Elior change de dimension en liant son destin à Derichebourg

Le rachat de Derichebourg Multiservices plaît au marché mais reste risqué. Mieux équilibré, le groupe de restauration collective devra pourtant convaincre.
Dimitri Delmond et Lionel Garnier
Elior restauration
L’opération permet à Elior de changer de dimension en termes d’activité, de rentabilité mais aussi de trajectoire de bilan  -  Photo Elior.

Les bans sont publiés. Sept mois après l’entrée fracassante de l’ex-CFF Recycling dans son capital, suivie d’une cour assidue - mais aussi de longues négociations -, Elior a finalement tranché. Le groupe de restauration dirigé par Bernard Gault accepte de lier son destin à Derichebourg dans ce qui s’apparente à une prise de contrôle inversée (reverse takeover). Elior a annoncé mardi son projet d’acquisition de la branche multiservices de Derichebourg dans le cadre d’une transaction qui permettrait au spécialiste du recyclage de métaux industriels de doubler sa participation, à 48,4 %.

L’opération, qui permet à Elior de changer de dimension en termes d’activité, de rentabilité mais aussi de trajectoire de bilan, a été bien accueillie par les investisseurs, avec un gain de 3,9 % pour l’action quand le titre Derichebourg abandonnait 1,6%. « Cette opération est une bonne nouvelle pour Elior, qui va pouvoir diversifier ses activités, tandis que la voie choisie par le groupe pour financer la transaction lui permettra de ne pas alourdir sa dette », résume Florent Thy-Tine, analyste chez TP Icap Midcap.

Elior compte financer le rachat de Derichebourg Multiservices (DMS) par l'émission d’actions nouvelles Elior au profit de Derichebourg à 5,65 euros l’unité. A la clé, une prime de 119% par rapport au cours de clôture de 2,58 euros d’Elior le 23 novembre, dernière séance avant l’annonce de discussions. La transaction proposée fait ressortir une valeur d’entreprise de 450 millions d’euros pour DMS, représentant 9,1 fois son excédent brut d’exploitation estimé pour 2022 ou 5,7 fois ce même indicateur calculé après synergies. A titre de comparaison, Derichebourg se négocie selon un ratio valeur d’entreprise sur Ebitda compris entre 4 et 6, quand ce multiple s'établit à 6 pour Elior, observe Bernstein.

Les analystes restent prudents à plus long terme

« Ce projet, qui permettrait d’accélérer le redressement du groupe Elior, est l’aboutissement de la revue des options stratégiques, initiée par le conseil d’administration en juillet 2022 », a indiqué la société dans un communiqué. « La complémentarité des activités d’Elior et de DMS permettrait d’enrichir significativement l’offre dans le secteur très attractif des services, d'élargir la clientèle et de densifier le maillage territorial, notamment en France, ainsi que l’empreinte européenne et mondiale », fait valoir Elior. Le groupe l’assure : d’autres scénarios alternatifs, allant d’une augmentation de capital à l’acquisition d’autres concurrents, ont été étudiés, mais écartés.

Grâce à cette acquisition, Elior espère devenir un acteur majeur de la restauration collective et des multiservices, réalisant un chiffre d’affaires consolidé pro-forma estimé à 5,2 milliards d’euros pour l’exercice achevé fin septembre 2022 et fort de 134.000 collaborateurs. « L’opération offrirait un fort potentiel de création de valeur avec des synergies estimées au minimum à 30 millions d’euros d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) en année pleine à l’horizon 2026 » et « aurait un effet positif à deux chiffres sur le bénéfice par action dès l’exercice 2023-2024 », selon Elior.

Encore convaincre

« Bien que cette opération soit susceptible d’apporter une offre plus diversifiée aux activités existantes d’Elior, nous pensons qu’il reste encore beaucoup à faire pour remédier aux faiblesses opérationnelles du groupe, et que l’opération n’est pas exempte de risques d’intégration », prévient JPMorgan. De facto, le passif du groupe est lourd. Oddo BHF rappelle également qu’« Elior a accumulé un certain nombre d’erreurs stratégiques et opérationnelles au cours des dernières années qui rendent son retournement long et relativement incertain ». « Nous pensons qu’il faudra probablement deux ou trois ans pour redresser le groupe, dans un contexte de bilan serré pour le moment », poursuit l’intermédiaire financier. Oddo BHF calcule que la dette nette d’Elior devrait encore représenter plus de 3,5 fois son Ebitda à la fin de l’exercice 2022-2023 en cours, en tenant compte de l’intégration de DMS qui arrive toutefois, dans le périmètre, délesté de toute dette.

Changement de capitaine

Après la réalisation de l’opération, le conseil d’administration d’Elior serait remanié et sa gouvernance renouvelée et équilibrée. Il serait composé de douze membres, dont cinq nommés sur proposition de Derichebourg, cinq membres indépendants et deux représentants des salariés.

L’actuel PDG de Derichebourg, Daniel Derichebourg, serait nommé PDG d’Elior pour une durée de quatre ans et démissionnerait de tous ses mandats opérationnels chez le spécialiste du recyclage, pour se consacrer entièrement au développement d’Elior. Il conserverait toutefois la présidence de Derichebourg, dont la direction générale serait confiée à Abderaman El Aoufir.

L'évolution prévue de la gouvernance d’Elior pourrait toutefois réduire la liquidité du titre, nuance Bernstein, en soulignant que ses futurs actionnaires rejoindraient le capital d’une société contrôlée de fait par Daniel Derichebourg. Pour rassurer sur la gouvernance, le groupe de métaux s’engage à limiter à 30% son poids en assemblée sur les résolutions relatives à la nomination, au renouvellement et à la révocation des membres indépendants du tour de table. Assez pour convaincre l’Autorité des marchés financiers d’accorder une dérogation à l’obligation de lancer une offre publique ? Derichebourg entend bien solliciter une telle dispense et, pour cela, il se prévaudra sans doute de l’approbation à l’unanimité du conseil d’Elior. L’opération restera encore soumise au feu vert des actionnaires d’Elior qui seront conviés à se prononcer en avril ou en mai 2023 lors d’une assemblée générale extraordinaire.

Un évènement L’AGEFI

Plus d'articles

Contenu de nos partenaires

Les plus lus de
A lire sur ...