La Mutuelle Générale s’appuie sur LBPAM pour dérouler sa stratégie ISR

L’investisseur s’est fixé des objectifs d’analyse extra-financière pour l’ensemble de son portefeuille. Il a par ailleurs publié des résultats stables pour 2021.
Laurence Pochard
matthieu-esposito-fond-blanc-xavier-renauld-horiz.jpg
 -  Xavier Renauld

Se donner les moyens de ses valeurs. Pour la Mutuelle Générale, la gestion d’investissement socialement responsable (ISR) est primordiale, en accord avec ses valeurs mutualistes, sa raison d’être et son engagement dans l’économie sociale et solidaire. «Ce n’est pas facile d’avoir un pilotage ISR pour la direction des investissements dans une mutuelle quand on n’a pas d’équipes pléthoriques et qu’il faut par ailleurs composer avec l’environnement de taux, c’est pourquoi il est important d’avoir des partenaires et des gérants sur qui s’appuyer, explique Matthieu Esposito, directeur investissements et trésorerie. C’est la direction que nous avons choisie avec LBPAM qui a mis des moyens importants sur le sujet pour défricher, trouver des solutions innovantes et co-construire des outils.» La Mutuelle Générale dispose d’une équipe de trois personnes pour les placements, et peut s’appuyer sur des ressources internes en responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) et en analyse des risques. Elles font ensemble les analyses préalables sur les placements, et notamment sur les engagements extra-financiers des sociétés de gestion. Mais pour pouvoir réaliser une analyse totale du portefeuille sous un prisme ISR, elle manque de bras. « Nous avions besoin d’un partenaire pour récupérer et traiter les données extra-financières, détaille Matthieu Esposito. Si c’est relativement facile d’obtenir ces données pour les grands groupes, c’est plus complexe pour les petites entreprises ou pour la dette non cotée. »La mutuelle est proche historiquement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), surtout depuis que le gérant avait gagné un appel d’offres il y a quelques années pour son mandat obligataire assurantiel. Il s’agit d’un mandat «investment grade» de 1,7 milliard d’euros, découpé entre dettes souveraines, d’entreprises et financières. Il a depuis été transféré à Ostrum, mais la mutuelle a également confié 100 millions d’euros à LBPAM en dette privée d’entreprise et immobilière. Donc quand l’engagement a été pris devant les administrateurs de la mutuelle de réaliser une analyse extra financière annuelle du portefeuille, le gérant a apporté une réponse.Outil interne partagé« Les décideurs ont besoin d’agrégats, de synthèse c’est toute la difficulté quand on note la totalité de l’actif d’institutionnel, juge Guillaume Lasserre, directeur adjoint de la gestion de La Banque Postale Asset Management. Il lui faut quelque chose d’homogène et de pertinent dans le temps pour un pilotage sur le long terme. » Et LBPAM a développé cette mécanique d’abord en interne pour elle et sa filiale Tocqueville Finance afin de s’aligner avec sa propre politique 100% ISR. La méthodologie est conçue pour diverses classes d’actifs et peut désormais être mise à disposition lors de partenariats avec des investisseurs.Le premier indicateur clé est une notation ESG avec en plus un aspect «T» pour Territoire, qui détaille l’impact des entreprises sur leur environnement, leurs communautés, leurs clients, leurs fournisseurs et toutes leurs parties prenantes. La notation porte sur les quatre pilliers et donne une note agrégée, le tout fourni sous forme de tableau de bord. « En plus du tableau de bord, nous donnons à l’équipe de Matthieu les meilleures ou pires lignes pour l’aider à la réflexion, ajoute Guillaume Lasserre. Ce qui importe, c’est le pilotage de l’actif dans son ensemble, et non l’aspect granulaire. »Guillaume Lasserre,directeur adjoint de la gestion de La Banque Postale Asset ManagementLe pilotage doit en effet être adapté aux horizons de temps long, avec une montée en puissance progressive de la couverture du portefeuille.«60% du portefeuille de 2,8 milliards d’euros a fait l’objet d’une étude extra financière poussée l’année dernière, et nous avons désormais dépassé les 65%», détaille Matthieu Esposito. Il ajoute que même s’il a l’objectif d’augmenter la couverture de ses actifs par le dispositif, il s’agit d’un objectif dynamique car portefeuille va être réorienté au fil du temps pour améliorer structure ESG de la totalité du dispositif, en opérant des choix de cessions ou de conservation en accord avec les valeurs de la mutuelle. « Nous comparons notre portefeuille à un indice de référence, et les deux bénéficient d’une notation, et le but est de maintenir ou améliorer un écart positif entre les deux, ce qui a un impact sur la gestion : par exemple cela nous pousse à travailler sur les obligations sociales ou durables pour les analyser et s’y positionner », précise le directeur investissement et trésorerie.Mutualiser l’effort consiste ainsi parfois à trouver les ressources hors de son organisation.La Mutuelle Générale maintient son niveau de résultat en 2021 Le résultat du groupe La Mutuelle Générale s’établit pour 2021 à 10,8 millions d’euros, en légère hausse par rapport à 2020 (10,6 millions d’euros). Le chiffre d’affaires du groupe s’élève quant à lui à 1,3 milliard d’euros, en hausse de 22,7 millions d’euros par rapport à l’année précédente (+ 1,8 % vs 2020). Cette augmentation s’explique notamment par le développement des contrats collectifs, qui progressent encore pour représenter aujourd’hui plus de 56 % du chiffre d’affaires.Dans un contexte de taux d’intérêt toujours défavorable, le résultat financier s’établit à 32,8 millions d’euros, en baisse par rapport aux 49,3 millions de 2020. Il représente un taux de rendement de 2,57%, en hausse de 0,3 point par rapport à 2020. Le ratio de solvabilité s’élève pour le dernier exercice à 267 %. En légère baisse par rapport à 2020, il n’intègre ni dette, ni mesures transitoires.Lire la fiche Guide de la Mutuelle Générale.

Un évènement L’AGEFI

Plus d'articles

Contenu de nos partenaires

Les plus lus de
A lire sur ...