Fidor se passera des contraintes d’une banque en France

le 01/02/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La néobanque allemande rachetée par BPCE met les chances de rentabilité de son côté. La DSP2 doit lui permettre de rester agile et de limiter ses coûts.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? La néobanque allemande Fidor, rachetée par BPCE, «ne sera pas une banque en France», a déclaré hier le président du groupe mutualiste François Pérol, à l’occasion du Paris Fintech Forum. «Nous allons développer un modèle d’entreprise plus...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi