LBO France travaille son premier fonds franco-italien

le 29/01/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds de private equity français vise un montant d’au moins 100 millions d’euros pour le véhicule, dont le portefeuille compte déjà trois investissements.

LBO France tente de repousser les échéances de dette de WFS - Photo : cde

Après une année 2017 active sur le front des investissements, LBO France consacrera une partie de l’exercice 2018 au bouclage de son quatrième fonds small cap. Déjà riche de trois investissements, le véhicule baptisé Small Caps Opportunities vise un montant d’au moins une centaine de millions d’euros. LBO France met ainsi en musique le développement initié en 2016 de son implantation milanaise, qui a été renforcée en septembre dernier avec l’arrivée depuis Paris d’Arthur Bernardin.

«Le positionnement de notre nouveau fonds smallcap sera un peu différent de son prédécesseur dans la mesure où nous allons investir environ un tiers du montant du véhicule dans des sociétés italiennes», explique à L’Agefi Sophie Chateau, associée responsable des relations avec les investisseurs. Pour l’heure, le véhicule a réalisé l’été dernier deux investissements dans des dossiers français, Piex et Serapid, qui ont pour particularité d’être tous deux des MBI (management buy in), ainsi qu’un investissement dans l’italien Vetroelite.

Déploiement plus rapide

Majoritaire, LBO France s’est aussi associé avec les fonds AfricInvest Europe, BNP Paribas Développement, BPI et Trocadéro Capital pour reprendre Piex, un spécialiste de la distribution de produits pharmaceutiques en Afrique subsaharienne francophone totalisant 90 millions d’euros de revenus. Spécialiste des vérins mécaniques télescopiques, Serapid affiche quant à elle environ 25 millions d’euros de revenus. Spécialiste des emballages en verre haut de gamme générant un chiffre d’affaires d’environ 20 millions d’euros, Vetroelite a été racheté au fonds italien Gradiente. Ce dernier a vendu en mars 2017 la société Alucap à Constantia Flexibles, propriété de Wendel.

«Cette exposition aux marchés français et italien nous permettra aussi de déployer le fonds plus rapidement avec une période d’investissement qui sera de l’ordre de deux ans sachant que nous avons déjà investi dans trois sociétés sur les sept à huit lignes que nous mettrons en portefeuille, analyse Sophie Chateau. Il y a beaucoup d’opportunités sur le marché italien, qui ressemble un peu au marché français d’il y a une dizaine d’années.»

Sur la partie midcap, orchestrée via les fonds White Knight dont le neuvième opus a été bouclé début 2017, LBO France a finalisé l’an dernier les acquisitions du spécialiste du mobilier de magasins HMY, du distributeur d’équipements de protection individuelle RG Safety ainsi que du chausseur masculin haut de gamme Bexley. L’acquisition de Crouzet a par ailleurs été clôturée tout début janvier.

Sur le même sujet

A lire aussi