La société de paris Ladbrokes rachète son concurrent Gala Coral

le 27/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cette nouvelle fusion dans le secteur des jeux au Royaume-Uni devrait créer la plus grande société de paris en nombre de boutiques.

Un mois après avoir révélé l’existence de discussions entre leurs sociétés, Ladbrokes a annoncé vendredi dernier la conclusion d’un accord avec son rival Gala Coral en vue d’une fusion par échange d’actions. Les propriétaires de Gala Coral, des fonds d’investissement dont Apollo, Cerberus et Anchorage, recevront l’équivalent de 48,25% du capital de la nouvelle société via une émission d’actions nouvelles.

La valeur de la nouvelle entité, nommée Ladbrokes Coral, est estimée à 2,3 milliards de livres (3,2 milliards d’euros), avec des revenus de 2,1 milliards et un Ebitda de 392 millions (555 millions d’euros). Les synergies attendues entre les deux sociétés devraient rapporter 65 millions de livres (92 millions d’euros) par an, dont 85% effectives dès la deuxième année.

Cette opération fait suite à l’annonce il y a une semaine de la vente de Bwin.party à 888 Holdings pour 893 millions de livres (1,3 milliard d’euros). La consolidation dans le secteur des jeux est liée à la hausse des taxes dans les marchés régulés ainsi qu’à une plus grande compétition sur les paris en ligne. Pour Ladbrokes et Gala Coral, qui disposent d’une forte présence physique avec respectivement 2.100 et 1.845 points de vente au Royaume-Uni, s’ajoute l’effet de la hausse du salaire minimum décidée par le gouvernement britannique. Pour les analystes de Barclays, cette mesure devrait toutefois profiter à terme au secteur en augmentant les revenus disponibles de ses clients.

Si la fusion doit créer un géant du marché physique, avec une part de marché de 45% sur ce secteur de 3,1 milliards de livres (4,3 milliards d’euros), loin devant les 26% de William Hill, sur internet la force de frappe combinée est bien moins importante. D’après les analystes d’Exane BNP Paribas, Ladbrokes Coral y disposerait d’une part de marché de 10%, ce qui en ferait le troisième plus grand opérateur en Grande-Bretagne. Des interrogations demeurent néanmoins sur la réaction de l’autorité de la concurrence britannique, qui pourrait trouver à redire à l’émergence d’un mastodonte des paris.

Parallèlement, Ladbrokes a annoncé l’émission de 10% d’actions nouvelles pour améliorer le bilan de la nouvelle entreprise et une baisse des profits opérationnels de 20 millions de livres cette année, ainsi qu’un dividende réduit à 3 pence par actions contre 8,9 l’année passée.

A lire aussi