Les acteurs du financement participatif divisés sur la gestion du risque

le 11/06/2014

La dernière édition des Ateliers de la finance responsable a été l'occasion de revenir sur les pratiques des plateformes de crowdfunding.

Les Ateliers de la Finance responsable, le 3 juin 2014

Entre

érosion du monopole bancaire et financement de projet socialement responsable,

le crowdfunding intrigue. La dernière

édition des Ateliers de la finance responsable qui s’est tenue mardi 3 juin a

été l’occasion pour certaines structures dédiées au financement participatif de

détailler leurs pratiques en matière de gestion du risque, de forme juridique appropriée

et de rémunération.

La

question des responsabilités juridiques divise les intervenants dans la mesure

où certains considèrent que c’est au prêteur de supporter le risque de

l’opération quand d’autres, à l’image

de la coopérative SPEAR font reposer

le risque sur les banques partenaires. « La plateforme se cantonne au rôle d’apporteur d’affaires et de dépôts

tandis que la banque s’assure de la viabilité économique du projet et porte

donc le risque » explique François Desroziers, co-fondateur de SPEAR. Frédéric

Chaignon, directeur des ventes de Prêt d’Union, présent sur le crédit à la

consommation, précise avoir « mis en

place un système de mutualisation qui permet de gérer les risques en diversifiant

un investissement sur plusieurs milliers de crédits. Ainsi les impayés de

quelques emprunteurs ne vont que faiblement impacter la rémunération des

investisseurs  pour un rendement compris

entre 4 et 5 % net des défauts par an. Comme nos emprunteurs sont des ménages

français très solvables, des salariés en CDI, des fonctionnaires ou des retraités),

la probabilité de défaut est relativement faible. »

Au

niveau des rémunérations, Spear perçoit des frais de souscription de 3 %, mais

aussi une commission sur le montant emprunté (2%) payé par l’emprunteur, une

commission d’apporteur d’affaires et  une

rémunération des dépôts reversée par les banques partenaires. Cette dernière « nous permet de

rémunérer nos épargnants par l’intermédiaire d’intérêts de parts sociales »

précise  François Desroziers. « La plateforme prévoit d’atteindre son point

mort cette année avec une collecte de 2 millions d’euros, ce qui correspond à

un doublement des flux entre l’année 2013 et 2014. »

Avec

un modèle économique différent, associant prélèvement de frais de dossier pour

chaque crédit et assurances facultatives aux emprunteurs, Prêt d’Union prévoit

d’être rentable en 2015 avec une production de crédit de l’ordre de 120

millions d’euros.

Ni

Prêt d’Union, ayant déjà obtenu ses agréments auprès de l’ACPR/AMF ni SPEAR,  qui a choisi le statut de société anonyme coopérative

à capital variable ne seront directement impactés par l’entrée en vigueur de

l’ordonnance sur le financement participatif prévue pour le 1er octobre 2014.

Ce texte crée un contexte plus favorable au développement  des plateformes de crowdfunding grâce à la définition d’un statut spécifique et à

l’octroi d’importantes souplesses à savoir la possibilité d’être dispensé

d’établir un prospectus pour proposer des offres de titres financiers ou celle

pour les particuliers de pouvoir accorder des crédits directement aux

entreprises. L’assouplissement de la réglementation ainsi que l’accroissement

de la sécurité juridique vont certainement renforcer l’attrait pour ce nouveau

champ d’activité. SPEAR s’attend ainsi à une évolution de son environnement

concurrentiel.

A lire aussi