Lemon Way change de braquet en Afrique

le 05/04/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après une expérience concluante au Mali, la fintech se prépare à déployer son compte mobile dans une quinzaine de pays d'Afrique subsaharienne.

Lemon Way change de braquet en Afrique
Lemon Way Africa sollicite un agrément auprès de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest.
(Capture écran.)

Fort de son succès au Mali, avec 900.000 comptes mobiles ouverts à fin février, Lemon Way se sent pousser des ailes en Afrique. L'établissement de paiement s'est adjoint les services de Stéphane Drai, un entrepreneur spécialiste du paiement en Afrique qui a pris les rênes d'une nouvelle filiale basée à Dakar. C'est dans la capitale sénégalaise que se situe le siège de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) qui supervise les huit pays membres membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

C'est auprès de cet institut d'émission que Lemon Way Africa sollicite un agrément d'émetteur de monnaie électronique valable dans les différents pays de la zone. La procédure ayant pris plus d'un an pour son concurrent Orange Money, Lemon Way Africa entend débuter ses activités sans tarder en s'appuyant sur une banque partenaire. La société, qui n'a pas encore tranché, est en discussion avec des établissements panafricains et français. Elle vise également une expansion dans la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale) qui couvre six pays dont le Cameroun, ainsi qu'en République démocratique du Congo.

Un taux de bancarisation
de seulement 11%

Lemon Way Africa fait du porte-monnaie mobile la pierre angulaire de son offre sur un continent où le taux de bancarisation avoisine les 11%. «Dans des pays où le cash est omniprésent, le taux d'équipement très important en téléphonie mobile permet de sauter la case banque», rappelle Stéphane Drai. Au Mali, 40% des fonds déposés ne ressortent pas, ce qui montre que la solution est assimilée à un «bas de laine». Une carte associée au compte mobile permet en outre de retirer aux guichets et de payer en ligne. Lemon Way Africa complète son offre par des services répondant aux nouveaux usages : cagnotte solidaire, plate-forme de crowdfunding ou encore place de marché de produits sélectionnés.

Les leviers de croissance résident aussi dans les transferts d'argent avec les diasporas. La société prévoit une commission fixe quel que soit le montant transféré. Au delà des flux impliquant l'Europe, «nous allons également travailler les corridors africains, en particulier entre le Burkina Faso et la Côte-d'Ivoire», souligne Stéphane Drai. La pression concurrentielle dans les services financiers mobiles n'effraie pas Lemon Way Africa qui vise un objectif de 20 millions de comptes à horizon 2020 dans une quinzaine de pays.

Sur le même sujet

A lire aussi