Natixis et la Société Générale sabrent les bonus de leurs traders

le 04/03/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

traders, courtiers, brokers...
(Photo UE European Commission.)

Les traders français qui ont failli en 2020 devront, eux aussi, payer leur écot à la crise. Les chiffres commencent à fuiter.

Pour Natixis, dont la sortie de la cote a été annoncée le 9 février, la coupe pourrait être nette. Selon nos informations, les traders du front office pourraient voir leurs bonus diminuer de 30% à... 100%. « Tout le monde a connu une baisse de sa rémunération variable chez Natixis SA cette année. Mais pour les fonctions support, elle est de quelques pourcents, contrairement aux traders qui, pour certains, ne toucheront pas de bonus », explique une source interne. Ainsi, l’année 2020 se révèle être la plus mauvaise année en termes de bonus depuis 2009. « Cette année-là, personne n’avait touché de bonus, mais depuis, il n’y a jamais eu pire », continue cette source.

De son côté, la Société Générale réduira l’enveloppe de bonus de sa banque d’investissement (BFI) d’environ 20%, a appris l’agence Bloomberg d’une source proche. Ce sont les traders actions qui seront le plus touchés. Certains d’entre eux pourraient voir leur bonus amputé de 80%. Le trading actions a en effet vu ses revenus baisser de 40% en 2020 par rapport à 2019. La banque d’investissement ne sera pas la seule touchée. Selon une autre source citée par l’agence de presse, les primes variables seraient réduites de 15% sur le périmètre total de la banque.

La baisse aussi drastique des bonus des deux banques françaises fait figure d’exception, de nombreuses banques ayant réalisé de bons résultats de trading pendant la crise sanitaire.

Deutsche Bank, par exemple, avait envisagé en janvier une augmentation de 20% des bonus de ses banquiers (à 1,8 milliard d’euros), avant que la Banque centrale européenne (BCE) ne s’oppose au mois de février à ce plan de rémunération. Par ailleurs, si Credit Suisse a baissé ses bonus de 7% (et envisageait même -10%) à cause de charges imprévues, et que les dirigeants de BBVA ont renoncé à leur rémunération variable, UBS a augmenté son enveloppe de bonus de 20%.

La même tendance a été observée du côté de certaines banques américaines, comme JPMorgan, ou Goldman Sachs, avec, là aussi, des hausse pouvant atteindre 20%.

Sur le même sujet

A lire aussi