Le Crédit Agricole acte lui aussi la fin de l’âge d’or des fonds euros

le 27/09/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le premier assureur français augmente les barrières à l'entrée de ses assurances vie en euros. Il mise surtout sur la prévoyance et va lancer une offre dommages pour les entreprises.

contrat d’assurance vie en euros
Le placement préféré des Français sera facturé 2% par la banque verte à l’entrée des contrats en euros.
(Pixabay.)

Au Crédit Agricole, premier assureur en France avec 10% de parts de marché, il n’est pas encore question d’arrêter la commercialisation des contrats d’assurance vie en euros. Mais «dire au client d’aller vers de l’euro, c’est un mauvais conseil», a déclaré hier Frédéric Thomas, directeur général de Crédit Agricole Assurances au cours d’une conférence de presse. Selon lui, «Jean-Laurent Granier (le PDG de Generali France, ndlr) a dit ce que tout le monde allait faire», en annonçant cette semaine une forte baisse des rendement des fonds en euros et la fin de l’accès pour tous au placement préféré des Français. Si leur capital est garanti, ces produits investis majoritairement en obligations d’Etat rapportent de moins en moins, dans le contexte de taux bas de la Banque centrale européenne.

Choix orienté

Du côté de la banque verte, «on laisse le choix à nos clients», assure Frédéric Thomas, mais ce choix est clairement orienté. Depuis juillet, les souscripteurs se voient facturer «les frais maximum», c'est-à-dire «au moins 2% de droits d’entrée» sur les contrats en euros, «pour ne pas diluer la richesse des épargnants» déjà investis, dévoile le dirigeant. Cette barrière à l’entrée peut s'avérer dissuasive, sachant que les compagnies françaises ont servi en moyenne un taux de 1,8% l’an dernier.

Crédit Agricole Assurances ne se prononce pas sur ses rendements 2019 mais «la participation aux bénéfices (la somme minimale reversée aux souscripteurs, ndlr) va baisser de manière assez forte». Autre consigne interne : conseiller aux clients de consacrer 30% de leur investissement à des unités de compte (UC), c’est-à-dire des fonds en actions, obligations d’entreprises ou actifs non cotés, mais sans garantie du capital. «30% d’UC c’est une orientation générale, un objectif macro pour notre compagnie d’assurance. Ce peut être par exemple 50% pour un client patrimonial et moins de 30% pour un jeune couple avec enfant», nuance Frédéric Thomas. A fin 2022, les UC devront représenter 31% des encours d’assurance vie contre 26% à fin 2018, et la croissance des métiers d’épargne dépendra en bonne partie des produits de retraite. L’assureur lancera son propre plan d’épargne retraite (PER) «en novembre», un mois après les débuts officiels, le 1er octobre, de ce produit introduit par la loi Pacte.  

L'assurance emprunteur
à la peine

A l’échelle de l’entreprise, «nous voulons rééquilibrer nos activités d’assurance et donner plus de place aux dommages et aux métiers de la prévoyance par rapport à l’épargne, pour des raisons de marché. Il y a encore de fortes capacités de développement [dans ces métiers]», explique le patron de Crédit Agricole Assurances. Dans le nouveau plan stratégique de sa maison-mère Crédit Agricole SA, présenté en juin, le chiffre d’affaires (primes annuelles) de l’assurance dommages devra augmenter de 31% entre fin 2018 et fin 2022 (contre un objectif de 27% entre 2018 et 2020) pour atteindre 5,5 milliards d’euros. La croissance du pôle de prévoyance et assurance collective reste fixée à 35% sur trois ans, à 5 milliards d’euros, dans un contexte difficile pour le segment de l’assurance emprunteur. Du fait de la brèche dans le monopole des bancassureurs ouverte par la loi Lagarde, «les tarifs ont baissé de 30% depuis cinq-six ans», constate Frédéric Thomas. Le groupe va bientôt lancer un contrat 100% «customisé» (en fonction de l’âge, l’état de santé, le mode de paiement choisi…) pour répondre à la concurrence.

Une multirisques
pour les entreprises

En dommages, le Crédit Agricole va enfin se lancer dans l’assurance des PME et petites ETI, déjà clientes de ses caisses régionales. «Le modèle de la bancassurance a très bien marché, comme au Crédit Mutuel, mais dans le domaine du retail (des particuliers, ndlr). Nous avons la capacité d’être un acteur puissant de la bancassurance d’entreprise et des assurances collectives (de santé, prévoyance…, ndlr) », estime Frédéric Thomas. L’assureur a constitué une équipe de 50 personnes pour proposer dans un an un contrat multirisques couvrant, par exemple, les risques de construction et le risque cyber.

A l’échelle du Crédit Agricole, l’assurance reste l’un des principaux relais de croissance face à l’atonie de la banque de détail, plombée par les prix bas dans le crédit. Le métier doit générer 800 millions d’euros de revenus supplémentaires entre les entités du groupe d’ici à 2022.

Sur le même sujet

A lire aussi