Les chambres de compensation européennes réussissent leurs stress tests

le 02/02/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les chambres de compensation européennes réussissent leurs stress tests
(Pierre Chiquelin)

Le réseau des chambres de compensation de l'Union européenne (CCP) a bien résisté à des situations extrêmes sur les marchés, au vu des stress tests auxquels elles ont été soumises, a annoncé ce matin l'Autorité européenne des marchés financiers (Esma).

Parmi les hypothèses examinées figurait celle d'un défaut simultané de plusieurs usagers des chambres de compensation - les banques en particulier -, dans un contexte de chocs extrêmes sur les marchés. Les chambres de compensation ont réussi ce test.

L'un des objectifs de l'exercice consistait par ailleurs à déterminer si la chute d'une des chambres de compensation pourrait déclencher une onde de choc dans l'ensemble du réseau. La chambre espagnole Bolsas y Mercados Espanoles (BME) a révélé un déficit mineur de ressources préalables obligatoires suivant l'un des paramètres des tests, sans que ce déficit ait des répercussions systémiques. De ce point de vue, les ressources d'ICE Clear Europe seraient suffisantes mais ne couvriraient qu'à peine les pertes simulées en situation de stress.

L'Esma a testé 16 intermédiaires européens chargés de mener les transactions sur les marchés financiers à bonne fin, même si l'une des parties prenantes devient insolvable. Ces 16 chambres de compensation comptent 900 membres, notamment des banques, et totalisent 270 milliards d'euros de ressources, apportées notamment par les contributions des établissements financiers adhérents.

Le nombre de paramètres pris en compte par ces deuxièmes stress tests était plus important que ceux de 2016, a déclaré Steven Maijoor, président de l'Esma. « L'élargissement des stress tests pour inclure le risque de liquidité en sus du risque de contrepartie a permis de mieux attester de la résistance » des chambres de compensation, a-t-il expliqué. Le volet liquidité des tests n'a mis au jour aucun risque systémique sérieux, a précisé l'Esma, ajoutant qu'elle réfléchissait à émettre éventuellement des recommandations à la suite de cet exercice.

Sur le même sujet

A lire aussi