Ce que propose le rapport Libault pour le grand âge

le 28/03/2019

Le rapport Grand âge demandé par le Premier ministre à Dominique Libault a été publié jeudi 28 mars.

Concertation, Grand âge et autonomie
Télécharger le document

Le rapport Grand âge demandé par le Premier ministre à Dominique Libault a été remis à la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, jeudi 28 mars. Ce haut fonctionnaire avait pour mission de conduire une concertation et de faire des propositions de réforme, notamment dans la perspective d’un projet de loi.

Le 1er octobre 2018, Agnès Buzyn a lancé une vaste concertation nationale « Grand âge et autonomie » qui s’est achevée en février 2019. Elle a mobilisé 10 ateliers nationaux, 5 forums régionaux, une consultation citoyenne ayant recueilli plus de1,7 million de votes pour 414 000 participants, 100 rencontres bilatérales et des groupes d’expression de personnes âgées, professionnels et aidants, seloqn le ministère des Solidarités et de la santé.

Le rapport Libault en est la traduction la plus fidèle possible des concertations qui ont eu lieu, a expliqué Dominique Libault. Il en résulte plusieurs propositions clés pour « passer de la gestion de la dépendance au soutien à l’autonomie »:

1. La création d’un guichet unique pour les personnes âgées et les aidants dans chaque département, avec la mise en place des Maisons des aînés et des aidants.
2. Un plan national pour les métiers du grand âge permettant notamment d’agir à la fois sur une hausse des effectifs (cf. point 4), une transformation des modes de management, la prévention des risques professionnels, la montée en compétences à travers une politique de formation ambitieuse, le développement de perspectives de carrière en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge et d’une meilleure structuration de la filière.
3. Un soutien financier de 550 millions d’euros pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile, afin d’améliorer le service rendu à la personne âgée et de revaloriser les salaires des professionnels.
4. Une hausse de 25 % du taux d’encadrement en Ehpad d’ici 2024 par rapport à 2015, soit 80 000 postes supplémentaires auprès de la personne âgée, pour une dépense supplémentaire de 1,2 milliard d’euros.
5. Un plan de rénovation de 3 milliards d’euros sur 10 ans pour les Ehpad et les résidences autonomie.
6. Améliorer la qualité de l’accompagnement et amorcer une restructuration de l’offre, en y consacrant 300 millions d’euros par an, vers une plus forte intégration entre domicile et établissement, pour des Ehpad plus ouverts sur leur territoire.
7. Une baisse du reste à charge mensuel de 300 € en établissement pour les personnes modestes gagnant entre 1000 et 1600 € par mois.
8. Une mobilisation nationale pour la prévention de la perte d’autonomie, avec la sensibilisation de l’ensemble des professionnels et la mise en place de rendez-vous de prévention pour les publics fragiles.
9. L’indemnisation du congé de proche aidant et la négociation obligatoire dans les branches professionnelles pour mieux concilier sa vie professionnelle avec le rôle de proche aidant.
10. La mobilisation renforcée du service civique et, demain, du service national universel, pour rompre l’isolement des personnes âgées et favoriser les liens intergénérationnels.

Concertation, Grand âge et autonomie
Source :
Ministère de la Solidarité et de la santé
Date :
28 mars 2019
Langue :
Français
Pages :
228

Sur le même sujet

Ailleurs sur le web

A lire aussi