Le pire paraît encore à venir pour les mineurs de bitcoins

le 24/10/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le contexte économique continue de se tendre pour le minage de la première des cryptomonnaies. De nombreuses faillites sont encore à prévoir.

Première vente aux enchères de bitcoins en France
Le cours du bitcoin est passé sous la barre des 20.000 dollars au troisième trimestre 2022.
(Pete Linforth/Pixabay)

Selon le dernier rapport de Hashrate Index, une plateforme de données de référence dans l’analyse et de recherche sur l’exploitation minière du bitcoin, le contexte économique général continue d’être difficile au troisième trimestre pour ceux qui participent à la sécurisation du réseau de la reine des cryptomonnaies.

La rentabilité des mineurs est notamment composée de deux paramètres : le hashrate qui désigne la puissance de calcul totale déployée à travers le monde pour miner et le cours du bitcoin. Lorsque le parc des ordinateurs Asic, spécialement conçus pour miner du bitcoin, augmente, les gains qu'ils se partagent diminuent logiquement. Au troisième trimestre, le hashrate a augmenté, atteignant même un nouveau plus haut historique, tandis que le prix du bitcoin effectuait le chemin inverse en passant sous la barre des 20.000 dollars. Une concordance qui a considérablement entamé la rentabilité du minage.

L’autre composante de la rentabilité est évidemment le prix de l’électricité qui est intrinsèquement lié à celui de l’énergie au niveau mondial. Aux États-Unis où est concentré 38% du parc de minage de bitcoin selon l’université de Cambridge, le coût moyen de l’électricité industrielle a augmenté de 25%, passant de 75,20 dollars le mégawattheure à 94,30 dollars entre juillet 2021 à juillet 2022. Le rapport remarque également que face à ce contexte difficile, la plupart des mineurs «n’ont pas réussi à conclure des accords d’achat d’électricité fixes ou ont négligé de comprendre les taux variables de leurs contrats». Une hausse des prix qui a particulièrement touché les mineurs utilisant de l’électricité produite à partir de charbon et de pétrole, au contraire des entreprises minant à partir d’électricité issue d’énergie renouvelable.

Avant cette l’inflation des prix de l’électricité, un contrat d’hébergement jugé dans les prix du marché se négociait entre 0,05 et 0,06 dollar le kilowattheure aux États-Unis. «Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir 0,08 – 0,09 dollars le kWh et de nombreux contrats d’hébergement abandonnant les conditions standard […] au profit de modèles de partage des bénéfices/revenus», explique Hashrate Index.

En plus de la baisse de rentabilité, les mineurs ont également dû faire face à l’augmentation des taux d’intérêts et à la difficulté à obtenir des crédits. Face à cette situation, la plateforme d’échange de cryptomonnaies la plus utilisée du monde Binance a annoncé la semaine dernière qu’elle lançait un fonds de 500 millions de dollars destiné à «fournir des prêts aux mineurs de bitcoins qui luttent pour faire face aux conditions difficiles du marché».

Ventes forcées de bitcoins

Pour endiguer la perte de rentabilité, de nombreux mineurs ont dû se résoudre à vendre leurs précieux bitcoins, une tendance observée depuis le début d’année et le début de la chute du cours du bitcoin. Le pic des ventes est intervenu en juin, mois au cours duquel les mineurs publiant leurs chiffres ont vendu 13.794 bitcoins, «soit environ 350% de leur production pour le mois». Le rapport note tout de même qu’août et septembre ont marqué une baisse des ventes, les mineurs vendant moins de bitcoins que leur production mensuelle, une première depuis le mois de mai.

En conclusion, le rapport note que si le prix du bitcoin continue d’osciller dans la même fourchette de prix depuis plusieurs mois (autour des 20.000 dollars), «les mineurs risquent de souffrir encore plus» et s’attend à «davantage de faillites, de ventes d’actifs et de capitulations».

L’une des premières grandes victimes de ces conditions de marché a été North Compute, l’un des plus grands fournisseurs de centres de données aux États-Unis pour les mineurs de cryptomonnaies et plus généralement pour les sociétés crypto. Il s’est placé sous le régime des faillites américain le 22 septembre.

Sur le même sujet

A lire aussi