Qonto devient la plus grosse licorne française

le 11/01/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En levant 486 millions d'euros, la néobanque devient la société la mieux valorisée de la French Tech, à hauteur de 4,4 milliards d'euros.

Qonto devient la plus grosse licorne française
La néobanque Qonto revendique 220.000 clients et veut atteindre el million à l'horizon 2025.
(Qonto.)

Après Payfit, Qonto fait une entrée fracassante dans le club des licornes. La néobanque française pour les pros annonce ce mardi avoir levé 486 millions d'euros en série D, portant sa valorisation à 4,4 milliards d’euros, confimant plusieurs semaines de rumeurs. Son niveau de valorisation record pour la French Tech n’avait jamais été confirmé à ce jour. « Nous devenons officiellement une licorne à l’occasion de cette nouvelle levée de fonds », apprécie Alexandre Prot, directeur général de Qonto. « C’est à la fois une incroyable étape de franchie mais aujourd’hui il y a de plus en plus de licornes. Nous devons donc garder la tête froide et nous concentrer sur nos objectifs de développement », reconnait-il. La fintech devient la 24e licorne française, alors que la France n’en comptait que trois en 2017. Elle est mieux valorisée que Dataiku (3,9 milliards d’euros) et Sorare (3,7 milliards), deux autres licornes emblématiques de la French Tech.

Les fonds américains Tiger Global et TVC Funding ont co-dirigé ce dernier tour de table. Avec leur arrivée, «l'idée d'une entrée en Bourse, d’ici quelques années, est un scénario que nous pourrions envisager. Cela arrive souvent pour des entreprises qui connaissent une forte croissance comme la nôtre », précise Alexandre Prot. Tiger Global a déjà investi dans deux start-up françaises, Dataiku et Ankorstore. Huit autres nouveaux investisseurs ont participé à l’opération, dont Eurazeo, KKR ou encore Insight Partners, rejoignant les investisseurs historiques Valar, Alven, DST Global et Tencent. «Nous voudrions être le leader européen de la gestion financière pour les entreprises et les travailleurs indépendants», estime son patron. Au total, la société aura levé 622 millions d’euros, dont 136 millions d’euros auprès de la Banque européenne d'investissement, de Tencent ou encore de DST Global, dont 104 millions d’euros il y a un an.

Avec cet argent frais, la fintech ambitionne tout d’abord d’améliorer ses services, en sortant des fonctionnalités nouvelles, comme par exemple en matière de virements instantanés. Cette nouvelle levée de fonds lui ouvre également le champs des possibles. Alors que la société privilégie les partenariats, elle envisage désormais d'autres pistes de croissance. «L'acquisition de société pourrait être un levier pour accélérer notre rapide croissance, mais aussi pour renforcer notre service clients», admet son patron. 

La néobanque revendique 220.000 clients, contre 120.000 en début d’année. Elle veut atteindre un million de clients à l'horizon 2025, en se développant à l’international, où 75% de ses clients devraient être basés hors de France. Après avoir ouvert en 2021 des bureaux à Barcelone, Berlin et Milan en 2021, elle ambitionne d’investir plus de 100 millions d'euros dans ces marchés au cours des deux prochaines années. Un lancement dans de nouveaux marchés est également prévu l'an prochain.

L’an dernier, Qonto a enregistré un produit net bancaire de 19,8 millions d'euros, soit 104% de plus qu'en 2019. Ses pertes se sont élevées à 26,9 millions d'euros en 2020, contre 11,4 millions l'année précédente. La société emploie actuellement plus de 500 personnes, et compte atteindre 2.000 salariés d’ici 2025, où 50% des nouvelles recrues seront basées hors de France. Pour y arriver, elle compte créer un nouveau Hub pour son service client, qui sera basé à Barcelone.

A lire aussi