Les Etats-Unis ouvrent une enquête sur le paiement différé

le 20/12/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le CFPB, l'organisme en charge de la protection du consommateur dans les services financiers, vise cinq sociétés dont Klarna et PayPal.

terminal de paiement par carte
Avec le «Buy now pay later», le consommateur «obtient le produit mais aussi la dette immédiatement».
(photo Tomekwalecki Pixabay.)

Quelques semaines après avoir pris la direction du Consumer Financial Protection Bureau (CFPB), le superviseur chargé de la protection du consommateur dans les services financiers, Rohit Chopra continue de frapper fort. Son agence a ouvert une enquête sur les risques et bénéfices du paiement fractionné ou différé, aussi connu sous le nom de Buy now pay later ou BNPL. Ce service permet de différer le paiement d'un bien jusqu'à la réception de la commande, ou encore de le régler en plusieurs fois.

Le CFPB s'inquiète de «l'accumulation de dettes, de l'arbitrage réglementaire et de la récolte de données sur un marché du crédit à la consommation qui évolue déjà rapidement avec la technologie», souligne l’agence. Le consommateur «obtient le produit mais aussi la dette immédiatement», prévient Rohit Chopra. De fait, «en raison de la facilité d'obtention de ces prêts, les consommateurs peuvent finir par dépenser plus que prévu», pointe l’agence. Par ailleurs, certaines sociétés «n'évaluent pas forcément correctement comment les lois de protection des consommateurs s'appliquent à leurs produits», poursuit le CFPB. L'agence veut enfin «mieux comprendre les pratiques entourant la collecte de données, le ciblage comportemental, la monétisation des données».

Cinq sociétés sont dans le viseur : Affirm, Afterpay, Klarna, qui a démarré un service de paiement instantané aux Etats-Unis fin novembre, PayPal et Zip. En se présentant comme des solutions alternatives au crédit classique et aux cartes de crédit, elles ont vu leur croissance exploser depuis la pandémie. Plus de 40% des Américains auraient payé en plusieurs fois depuis le début de la crise. Le secteur du paiement fractionné profite aussi de l'essor du e-commerce.

Au-delà des acteurs ciblés par l’enquête, d'autres géants continuent de tracer leur route. Fin septembre, le géant américain Mastercard a lancé son programme de paiement fractionné, «Mastercard Versements», qui sera disponible au premier trimestre 2022 sur les marchés des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie. De son côté, le géant Apple prévoit aussi de lancer des services à paiement différé avec Goldman Sachs, son partenaire depuis 2019.

Les annonces du CFPB suivent d'autres interventions des régulateurs dans le secteur du BNPL en Australie, au Royaume-Uni et en Europe. Pour les analystes d'UBS, «le risque réglementaire» pourrait limiter les perspectives de croissance du marché.

Sur le même sujet

A lire aussi