Robinhood se dévoile pour son entrée à Wall Street

le 05/07/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le courtier américain, aux pratiques controversées, a déposé son prospectus d'introduction en Bourse. Il pourrait être valorisé jusqu'à 40 milliards de dollars.

Le courtier en ligne Robinhood
Le courtier en ligne Robinhood revendique 18 millions d’utilisateurs, contre 7,2 millions il y a un an.

C’est l’une des introductions en Bourse les plus attendues de l’année. Jeudi dernier, le néo-broker américain Robinhood a déposé un document préliminaire à la Securities and Exchange Commission (SEC) en vue d’une introduction au Nasdaq. Le courtier prévoit de se coter sous le symbole HOOD. Le document ne précise ni la date de cotation ni la fourchette de prix d’introduction. Robinhood réservera entre 20% et 35% de ses actions à ses utilisateurs et à ses 2.100 salariés. Selon l’analyste de Bloomberg Intelligence David Ritter, Robinhood pourrait être valorisé jusqu'à 40 milliards de dollars.

Robinhood a réalisé un chiffre d'affaires de 959 millions de dollars en 2020, en hausse de 245% par rapport à l'année précédente. Le courtier revendique par ailleurs un profit net de 7,45 millions de dollars, contre une perte nette de 107 millions de dollars en 2019. 2021 ne fait pas exception : son chiffre d'affaires au premier trimestre s'élève à 522 millions de dollars, contre 128 millions de dollars à la même période l’an dernier.

Ses revenus, basés sur les transactions réalisées par ses utilisateurs en matière d’options, d’actions ou de cryptomonnaies ont augmenté de 324,8 millions de dollars au premier trimestre par rapport à l'exercice précédent. Robinhood gagne également de l’argent en vendant de l'information à des sociétés de trading haute fréquence. Il y a quelques mois, l’affaire GameStop a révélé le modèle de Robinhood, le payment for order flow, qui consiste à céder à un teneur de marché – comme des sociétés se livrant à du trading haute fréquence telle que Citadel – les ordres passés par les particuliers. Cette activité lui procurait en 2020 les trois quarts de ses revenus, selon le prospectus, et cette part a encore crû au premier trimestre.

Malgré la hausse de ses revenus, Robinhood a creusé ses pertes, de 53 millions de dollars à 1,44 milliard de dollars au premier trimestre de cette année par rapport à la même période l’année précédente. Cette perte comprend «un ajustement de la juste valeur de 1,5 milliard de dollars de nos obligations convertibles et obligations au titre des bons de souscription», précise Robinhood.

Fondée en 2013, la société déclare dans son document que sa mission est de «démocratiser la finance pour tous». Le courtier en ligne revendique 18 millions d’utilisateurs contre 7,2 millions il y a un an, qui détiennent 80 milliards de dollars d’actifs. Boosté par l'affaire GameStop et par la pandémie, Robinhood explique aussi la croissance de sa base clients par l’augmentation des volumes de transactions mais également par l’intérêt des utilisateurs pour les cryptomonnaies.

Lourdes amendes

L'annonce de son IPO intervient un jour après que la société a accepté de payer une amende de 70 millions de dollars à l'autorité de régulation financière Finra, pour avoir causé préjudice à «des millions de clients ayant reçu de l'entreprise des informations fausses ou trompeuses et à des millions de clients ayant été victimes de pannes systémiques en mars 2020». Robinhood fait également l’objet d'une cinquantaine de procès, dont une enquête de la SEC sur la manière dont le courtier a suspendu des opérations sur certains titres dans l’affaire Gamestop.

Avant son IPO, Robinhood a effectué de nombreuses levées de fonds, dont 363 millions de dollars en 2018 auprès de DST Global et 539 millions de dollars sous forme de capital-risque. Au cours des deux dernières années seulement, la société a récolté 680 millions de dollars, auprès notamment d’investisseurs privés, de Sequoia Capital et de D1 Capital Partners.

Sur le même sujet

A lire aussi