Orange Bank met une touche de modernité dans son moteur

le 10/06/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La néobanque a décidé de s'allier à la technologie de la fintech française Younited et espère ainsi améliorer sa rentabilité sur le crédit.

Orange Bank
Orange Bank affiche 1,5 million de clients dont 1,2 million de particuliers.
(RK.)

Orange Bank rénove sa plateforme. Mercredi, elle a annoncé un partenariat technologique avec la fintech française Younited Credit, pour accélérer sur le crédit. Les deux partenaires travailleront à spécifier leur offre jusqu’à la fin de l’année, dans le but de proposer leur service d’ici le premier semestre de 2022. «Le parcours client restera chez Orange Bank : ainsi, le crédit sera vendu par Orange Bank, sur le bilan d’Orange Bank», précise Paul de Leusse, lors d’une conférence de presse.

Orange Bank ne part pas de zéro : en 2021, elle revendique 1 milliard de crédit consommation, dont 500 millions en France et 500 millions en Espagne, qu’elle propose notamment grâce à son partenariat commercial avec Groupama. L’objectif de l'accord avec Younited consistera à augmenter ce niveau de production, mais également sa rentabilité. En effet, depuis sa création, Orange Bank a cumulé 643 millions d'euros de pertes, dont 195 millions l'année dernière, impliquant plusieurs augmentations de capital.

Avec ce partenariat, la banque souhaite aller plus loin, dans la souscription, l'octroi, la gestion ou encore le recouvrement. En se greffant sur la technologie de Younited, l’octroi de crédit est censé se simplifier, grâce notamment à l’agrégation de comptes développée par la fintech. Fondée en 2011, Younited Credit couvre 5 pays européens, et revendique 720 millions d'euros de production de prêts, avec 35% d’activité hors de France.

En quête d'un partenaire

Pourtant, selon un bon connaisseur du secteur, ce n’est pas en branchant sa technologie à un acteur spécialisé qu’Orange Bank réussira à rénover une infrastructure jugée vieillissante. Selon ce dernier, l'outil informatique de la filiale d'Orange présenterait de nombreuses lacunes. Alors que le groupe Orange a entamé un processus de recherche d'un remplaçant à Groupama, actionnaire à 22%, la néobanque se cherche encore. Orange Bank n'a pas encore décidé quel modèle elle souhaitait mettre en place, et si elle peut tendre vers celui de bank-as-a-service, c'est à dire une plateforme ouverte à des tiers.

Au delà de l'infrastructure technologique, Orange Bank qui affiche 1,5 million de clients dont 1,2 million de particuliers, ambitionne de rendre ses client plus actifs avec l'élargissement de sa gamme de services. A ce jour, la néobanque revendique un taux de clients actifs hebdomadaires de 50%, qui peut monter jusqu’à 90% si le client utilise des services d’Orange en même temps que des services bancaires. L’idée serait par ailleurs de viser une clientèle plus large en proposant également des crédits à des prospects.

Le développement de ces offres ne va pas sans questionner l’enjeu du risque de crédit pour le consommateur. «La notion de confiance est essentielle pour nous. Nous n’irons jamais proposer des offres agressives, nous décidons à qui nous prêtons ou non», assure Paul de Leusse. «Il y a des réponses technologiques au fichier de surendettement. La règlementation DSP2 permet de détecter de manière très efficace cette question de surendettement», ajoute Geoffroy Guigou, co-fondateur et directeur général de Younited Credit.

Sur le même sujet

A lire aussi