Les gendarmes financiers américains ont la main lourde

le 23/01/2023 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une étude de Forex Suggest montre que le montant des sanctions américaines contre les établissements financiers a été multiplié par 6 en 2022 à plus de 12 milliards de dollars.

jugement attendu de la Cour d’appel
En 2022, les sanctions des régulateurs américains à l’encontre des établissements financiers ont enregistré un bond de +415% sur un an.
(crédit Succo/Pixabay)

Mauvaise année 2022 pour Allianz. L’assureur a été sanctionné deux fois aux Etats-Unis pour un total de près de 6,8 milliards de dollars. L'amende la plus élevée (5,7 milliards de dollars) a été prononcée par le Département de la Justice américaine (DoJ) et l’autre (1 milliard de dollars) vient de la Securities and Exchange Commission, le gendarme boursier. La plus forte sanction inclut notamment 3 milliards de dollars versés en dédommagement aux investisseurs ayant beaucoup perdu en plaçant leur argent dans des produits complexes à haut risque de la compagnie allemande. La plupart des autres sanctions concernent des entreprises américaines dont Navient, accusé de pratiques abusives sur les prêts étudiants. Le Suisse Glencore a été condamné pour corruption par le DoJ et pour manipulation du marché de l’énergie par le régulateur concerné.

Outre ces montants spectaculaires, l’étude montre en 2022 un rebond des sanctions depuis 2021 à +415%, pour un cumul de plus de 12 milliards de dollars, alors que l’année précédente touchait le plus bas niveau des amendes à 2,3 milliards. Et pourtant le nombre des sanctions a été presque divisé par deux entre 2021, avec 289 condamnations, et 2022, avec 154 condamnations. La moyenne des amendes est ainsi remontée à 78,9 millions de dollars en 2022 après un plus bas de 8,2 millions en 2021.

En prenant du recul sur les dix dernières années, l’étude replace Allianz au 10e rang des entreprises les plus sanctionnées. Elle montre aussi la présence répétée de Bank of America entre 2012 et 2014 pour des abus liés aux crédits immobiliers ou à des titres financiers, répercussions de la crise de 2008 : avec 124 amendes, la banque a dû payer plus de 60 milliards de dollars en dix ans. JPMorgan Chase arrive en deuxième position avec 34 milliards de dollars. BNP Paribas occupe le 5e rang. Sanctionnée 16 fois, la banque française a versé 14,3 milliards de dollars (dont 8,9 milliards de dollars en 2015 pour non-respect d’embargos internationaux), devant Deutsche Bank qui a reçu 50 amendes pour un total de 13,8 milliards de dollars. Les entreprises américaines restent les plus sanctionnées (72% des sanctions), devant les anglaises (4,87%) et les suisses (4,47%). La France est classée 9e (1,47%) avec 62 amendes.

Sur le même sujet

A lire aussi