Marie-Anne Barbat-Layani est pressentie à la tête de l’AMF

le 27/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

L’ancienne directrice générale de la Fédération bancaire française pourrait succéder à Robert Ophèle à la tête du gendarme de la Bourse.

Marie-Anne Barbat-Layani est pressentie à la tête de l’AMF
Marie-Anne Barbat-Layani est aujourd’hui secrétaire générale à Bercy.

Marie-Anne Barbat-Layani, aujourd’hui secrétaire générale à Bercy, aurait été proposée par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire au président de la République pour prendre la présidence de l’Autorité des marchés financiers (AMF), a dévoilé la Lettre A.

Joint par L'Agefi, le ministère des Finances n'a fait aucun commentaire.

En poste depuis 2019 à Bercy, Marie-Anne Barbat-Layani, énarque, était auparavant directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) et de l’Association française des banques. Directrice adjointe du cabinet du Premier ministre de 2010 à 2012, elle a aussi travaillé au Crédit Agricole de 2007 à 2010 en tant que directrice générale adjointe de la Fédération nationale du groupe, en charge des affaires financières, bancaires, juridiques, fiscales et européennes.

Choix difficile

Si cette proposition est validée par Emmanuel Macron, Marie-Anne Barbat-Layani remplacera à l’AMF Robert Ophèle, qui a achevé son mandat de 5 ans non renouvelable à la tête de l’institution le 31 juillet dernier.

La nomination a traîné en longueur, obligeant l’AMF à désigner l'un des membres du collège, Jean-Claude Hassan, à la présidence par intérim. Un panel de « personnalités qualifiées » a été chargé de soumettre un nom au président de la République et a auditionné les candidats. Parmi ces derniers, Guillaume Prache, le président de Better Finance, une association européenne de défense des intérêts des utilisateurs de services financiers, était le seul à s'être publiquement déclaré.

Alors que l'Autorité des marchés financiers a connu plusieurs départs cette année, de gros dossiers attendent son futur numéro un. Notamment le développement de la finance verte et la lutte contre le greenwashing, ou encore la mise en oeuvre des réglementations encadrant les crypto-actifs.

Sur le même sujet

A lire aussi