Les arnaques aux placements font perdre des millions aux Français

le 15/06/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’AMF et l’ACPR ont beau enrichir leurs listes noires en permanence, les escroqueries se multiplient et touchent toutes les populations.

multiplication des cyberattaques
Toutes les catégories d’épargnants sont touchées par les arnaques aux faux placements
(AdobeStock)

Les escrocs suivent les modes et adaptent leurs schémas de fraude en ciblant certains segments de population. Et le résultat est là : « Jeunes ou moins jeunes, CSP+ ou CSP-, toutes les catégories d’épargnants sont touchées par les arnaques aux faux placements », a expliqué Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants et de leur protection à l'AMF, et coordinatrice du pôle commun Assurance Banque Epargne réunissant AMF et ACPR, lors de la publication du rapport d’activité de 2021.

Globalement, les déclarations faites auprès du pôle par des victimes d’une fraude laissent penser qu’entre 50 et 60 millions d’euros ont été perdus en 2021. Un chiffre cohérent avec celui publié par le Parquet de Paris en décembre 2021, qui évaluait les fraudes financières dans leur ensemble à plus de 500 millions. Les arnaques à la mode touchent aux cryptos et le préjudice moyen s’élève à 40.000 euros au début de 2022 alors qu’il était à 20.000 il y a un an seulement. La vente de faux titres cotés cause une perte moyenne de 55.000 euros. Mais 90% des escroqueries reposent sur la vente de faux crédits et de faux livrets, les premiers ont dilapidé 12.000 euros en moyenne et les seconds 72.000 euros, voire parfois bien plus.

Pour contrer le phénomène, l’ACPR et l’AMF ont créé un groupe de travail permettant de partager les bonnes pratiques, de se transmettre des signalements et d’agir ensemble auprès de l’Orias, le registre des intermédiaires financiers, afin de limiter les usurpations d’identité de plus en plus fréquentes. 860 cas ont ainsi été recensés en 2021. Les deux autorités lancent également des alertes communes, et enrichissent les cinq listes noires* qui totalisent 3.900 sites et adresses frauduleuses. 1.300 ont été ajoutés en 2021 et le premier trimestre 2022 marque déjà une accélération avec 248 nouvelles inscriptions.

La prévention est d’ailleurs devenue une activité à part entière pour l’AMF et l’ACPR qui ont diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo de sensibilisation afin de toucher particulièrement les jeunes. Objectif atteint : cette campagne a cumulé 1,55 million de vues. La deuxième édition du Guide de prévention contre les arnaques devrait également paraître fin juin.

*Listes noires : crédit, produits dérivés sur cryptoactifs, livret d’épargne, opérations de paiement et assurance, investissement et Forex, options binaires, investissements dans des biens divers.

Sur le même sujet

A lire aussi