La Fifa se dote d’un établissement de paiement

le 28/07/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La future chambre de compensation de la Fifa devrait gérer jusqu'à 300 millions de dollars à destination des clubs ayant participé à la formation des joueurs.

L’équipe de France de football lors de la demi-finale du Mondial 2018, parade de Hugo Lloris.
Les agents de sportifs se trouvent au cœur des dispositifs mis au jour par les agences de lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent.
(Photo FIFA.)

Sur le chemin de la transparence et de la lutte contre les pratiques illicites, la Fifa (Fédération internationale de football association) avance prudemment. Dans une résolution adoptée en 2017*, le Parlement européen demandait «l’établissement de registres de transparence pour la rémunération des agents sportifs étayés par un système de surveillance efficace, tel qu’une chambre de compensation pour les paiements et des sanctions appropriées, en coopération avec les autorités publiques compétentes, en vue de lutter contre les pratiques irrégulières des agents»

En 2018, la Fifa a lancé des consultations sur un vaste projet de réforme du statut des intermédiaires du sport, qui tarde à voir le jour en raison des fortes oppositions exprimées par les principaux concernés. La version définitive pourrait être adoptée à l’automne 2021. 

Quant au projet de chambre de compensation, il a été approuvé fin 2018 par les instances dirigeantes. La FCH (Fifa Clearing House), filiale à 100% de la Fifa, basée à Amsterdam et dotée d’une licence d'établissement de paiement, devrait démarrer ses opérations au cours du 1er trimestre 2022. Le recrutement de son directeur a été lancé au début du mois de juillet. La FCH sera modeste dans ses attributions, avec un objectif principal : l’amélioration du système de compensation et de solidarité entre clubs dans le cadre des transferts internationaux. «Il existe toujours un déséquilibre important dans le football mondial : les dépenses mondiales en transferts de joueurs (totalisant 7 milliards de dollars en 2019) ne se reflètent pas dans le paiement d'indemnités aux clubs formateurs (totalisant seulement 70 millions de dollars en 2019), ce qui est bien inférieur aux commissions des agents (totalisant 700 millions de dollars en 2019), déclarait récemment Gianni Infantino, le président de la Fifa. Pour y remédier, la FCH aidera à faire appliquer les indemnités de formation et les paiements de solidarité, portant potentiellement le montant à 300 millions de dollars par an.» 

Transit de tous les flux financiers écarté

Dans un rapport publié au mois de mai 2021, le Conseil de l’Europe, saisi par la Fifa, recommandait pourtant que l’ensemble des flux financiers liés aux transferts transitent par la chambre de compensation, commissions des agents incluses. Cette option est pour le moment écartée par l’organisation. «Un problème potentiel du système envisagé est le fait que les commissions des agents ne seront pas traitées par la chambre de compensation de la FIFA dès le début de son fonctionnement. Cela signifie que les garanties liées à la protection de l'intégrité dans la chambre de compensation, y compris la procédure d'évaluation de la conformité, ne seront pas utilisées pendant un certain temps pour les activités des agents», argumentait Dragos Kos, expert pour le Conseil de l’Europe et ancien président du Greco (Group of States against Corruption). Or, les agents de sportifs se trouvent systématiquement au cœur des dispositifs mis au jour par les agences de lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent. La Fifa, contactée, n’exclut cependant pas d’étendre, à terme, le champ d’application de la FCH en incorporant « tous les frais payables dans le système de transfert, y compris les frais d'agent».

* Résolution TA(2017)0012 «An integrated approach to Sport Policy : good governance, accessibility and integrity» (Une approche intégrée de la politique du sport : bonne gouvernance, accessibilité et intégrité)

Sur le même sujet

A lire aussi