Les régulateurs pressent l’ISDA de trouver un consensus sur le Libor

le 19/11/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Les régulateurs pressent l’ISDA de trouver un consensus sur le Libor
(AdobeStock)

Les régulateurs appellent les professionnels des dérivés à trouver une approche commune pour faire face à la disparition du Libor, programmée, selon la Financial Conduct Authority (FCA) fin 2021. Discrédité par de multiples scandales de manipulation, le Libor ​doit être remplacé par les taux compilés par les banques centrales.

En préparation du changement, le Conseil de stabilité financière (FSB) a déclaré mardi dans une lettre adressée à l'ISDA, l'association de l'industrie des produits dérivés, qu'un «déclencheur de pré-cessation» soit inséré dans les termes des nouveaux contrats qui font toujours référence au Libor. Ce déclencheur devrait prévoir une alternative au Libor si les régulateurs décidaient avant la fin de 2021 que l'indice de référence n'est plus utilisable en toute sécurité. Selon le FSB, aucune optionalité ne doit être prévue afin d'éviter une fragmentation des marchés.

Dans une consultation réalisée en début d'année, l'ISDA avait consulté ses membres pour tenter de trouver une solution à la disparition du Libor. La plupart d'entre eux avaient déclaré qu'ils ne voudraient plus utiliser ce taux de référence si les régulateurs décidaient qu'il n'était plus sûr mais ils n'avaient pas réussi à trouver de consensus sur la façon de procéder.

Dans son courrier, le FSB appelle l'ISDA à réessayer. «Nous croyons qu'il est important pour l'ISDA de trouver un moyen à la fois de protéger le marché des produits dérivés d'une fragmentation perturbatrice et de répondre à la majorité des préférences exprimées lors de la consultation», indique le courrier signé par Andrew Bailey, le directeur général de la FCA, et John Williams, président de la Fed de New York.

Scott O'Malia, le directeur général de l'ISDA, a répondu que l'organisme avait mené de multiples consultations au cours des trois dernières années et qu'il continuerait à travailler avec le FSB et les participants du marché pour mettre en œuvre des «mesures de repli» pour le Libor.

Sur le même sujet

A lire aussi