Ericsson est accusé de violer son accord avec la justice américaine

le 25/10/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’équipementier télécoms devra expliquer pourquoi il a omis de fournir certaines informations factuelles dans le cadre d'un accord de poursuite différée.

Les actes de corruption commis dans le passé par Ericsson hantent à nouveau l’équipementier télécoms suédois. Celui-ci a conclu voici deux ans un accord de poursuite différée (deferred prosecution agreement ou DPA) avec le département américain de la Justice (DoJ) pour mettre fin à des enquêtes...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi