L’assurtech Lovys vise 100.000 clients courant 2021

le 19/01/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Fondée en 2017, la start-up, qui propose des contrats d’assurance en ligne dans quatre segments est disponible en France et au Portugal.

assurtech Lovys, l’assurance digitale
Lovys veut devenir la première assurance digitale européenne.
(photo Lovys.)

Elle veut être le Spotify de l’assurance. L’assurtech Lovys annonce aujourd'hui une levée de fonds de 17 millions d’euros en série A. «Nos investisseurs historiques Maif Avenir, Portugal Ventures et la Bpi ont renouvelé leur soutien et sont rejoints par de nouveaux fonds Heartcore, un fonds danois avec une vision très européenne, qui vient de s’implanter en France, NewAlpha, spécialisé dans les fintech et Raise Ventures», explique à L’Agefi João Cardoso, fondateur de Lovys.

«Nous voulons devenir la première assurance digitale européenne. Concrètement, cela veut dire continuer à créer de nouveaux produits pour proposer la protection la plus complète du marché des assurances en ligne, continuer à perfectionner l’expérience client, et nous lancer dans deux nouveaux pays», poursuit-il.

Habitation, auto, smartphone,
chiens & chats

La start-up, qui propose des contrats d’assurance en ligne dans 4 segments (habitation, auto, smartphone, chiens & chats), est disponible en France et au Portugal. «Ces fonds vont nous permettre de développer de nouveaux produits avec nos partenaires réassureurs», explique son patron. Elle s’appuie notamment sur des acteurs comme Altima, Swiss Re ou Helvetia.

Depuis son lancement en 2017, l’assurtech revendique 20.000 clients actifs, dont 3.000 nouveaux chaque mois. La société, dont le nombre de clients a doublé en trois mois en 2020, vise 100.000 assurés courant 2021. Lovys a tiré profit du contexte du Covid-19, qui a bouleversé le secteur de l’assurance. «Je pense que le Covid a révélé un vrai besoin de services dématérialisés, rapides et sur mesure chez les assurés», considère son patron. «Durant cette période très particulière, les Français se sont rendu compte que leur assureur était difficile à joindre quand les agences étaient fermées, ils ont vu que leurs assurances ne couvraient pas tel ou tel sinistre et que faire évoluer leur contrat était très compliqué», ajoute-t-il.

Après une première levée en pré-seed de 400.000 euros, l’assutech a levé 3,3 millions en 2019, lui permettant de développer son offre et d’ouvrir des bureaux en France et au Portugal. Fondée par un ancien de Morgan Stanley, la start-up compte aujourd’hui 55 collaborateurs. A ce jour, elle ne communique pas sur ses résultats financiers. En France, elle doit notamment faire face à des acteurs qui ont également résisté face à la crise, notamment Alan qui a réalisé une levée de fonds de 50 millions d’euros ou encore Leocare qui a levé 2,2 millions d’euros.

A lire aussi